[Commentaires] Concour numéro 2 : au clair de ma plume.

  • Auteur de la discussion DeletedUser9712
  • Date de début

nightshade

Guest
oui moi aussi : bourré de fautes, une syntaxe pour le moins étrange, des incompréhensions ici et là ... même moi je volai au dessus de sa (c'est dire ^^) : et je préfère même d'autre poèmes de la sélection plutôt que le gagnant (sphnx ou la sagesse)
 

DeletedUser162

Guest
Franchement, j'ai trouvé le niveau très serré, n'importe qui pouvait gagner (ou presque). Personnellement, je n'ai pas du tout voté pour un des poème affiché :D
 

nightshade

Guest
Franchement, j'ai trouvé le niveau très serré, n'importe qui pouvait gagner (ou presque). Personnellement, je n'ai pas du tout voté pour un des poème affiché :D
pour ceux qui sont affiché : c'est ceux qui ont reçus le plus de votes ou sont ils pris au hasard ?
 

Bachtel

Guest
Franchement, j'ai trouvé le niveau très serré, n'importe qui pouvait gagner (ou presque). Personnellement, je n'ai pas du tout voté pour un des poème affiché :D
ça m'étonne pas^^...

Non mais attends, mettre le poème de prédateur-1 en exemple... J'hallucine....
 

Euphrosyne

Guest
Mais ouai, moi aussi je vais parlé d'ma mémé et d'mon pépé qui font grailler des oiseaux castrés ...... -_-
 

nightshade

Guest
Perso, meme si le mien n'est pas cité j'aimerai savoir ce que vous en pensez car je compte bien m'améliorer ^^ (toutes critiques constructives sont les bienvenu, même si vous le détestez lol) :

Rêve féérique

Dans une sépulcrale vague marine se voilait la voute mutine
La remplie Séléné, pâle et algide, louait des apparats intimes.
Quand dans la nitescence du lac, des naïades jouaient coquines.
Si rare instant féérique ne trouvant esprit que dans les comptines.

Caressant cette nuitée, les rires enjôleurs des fées-lucioles
Dans leur jeu de cache-cache et leur amusante farandole
Égaille cette entendue fluide de la lueur de leur envole
De leur naïveté, de leur innocence, cette attitude frivole

Sur les rives, des observateurs commentent dans un souffle d’air
Troènes, chênes, bouleaux, pins… Ancêtres centenaires
Echangent leurs souvenirs d’antan, eux les gardiens-pères
Et initiant les jeunes et frêles descendants à toutes ces chimères

Un dragon fend l’air imprégné de l’essence de rêverie
Escorté de doux Pégases, nacrés sous une Lune blanche infinie
Médusé par le spectacle, les regards d’enfants sont éblouis
De ce Monde sans limite. Dans ce Monde non assujetti.
 

DeletedUser15089

Guest
Bonjour ton poéme est bien mieux que certain poème qui on été citée et le gagnant quand a moi je voudrais aussi m'améliorer voici mon poème:

Le Corbeau (2010) (poème en alexandrin)


Voici maintenant que sous le grand corbeau noir
Je souffre de ce mot que je ne t'ai jamais dit
La grande faucheuse passe et je ne peux fuir d'ici
Mais toi tu le peux encore car je te protège


Je sens cette lourde mer ténébreuse se rapprocher
Je peux ainsi m'en aller sans crainte de ce monde
Alors je peux te dire ce mot d'amour divin :
"Je t'aime"

Urukaze (1996-aujourd'hui)
 

Euphrosyne

Guest
Et le mien.

l'amour :

J’ai envie d’écrire pour toi
Des mots sans foi ni loi
Disant des n’importe quoi
Mais qui parleraient de toi

Des mots qui toucheraient ton cœur
Qui te raconteraient mes bonheurs
Des mots sans beaucoup de valeurs
Mais qui te mettraient a l’honneur

Des mots racontant notre parcours
Ou je te ferais le plus beau des discours
Des mots évoquant notre amour
A la manière des troubadours

Des mots restant gravés sur le papier
Qu’il ne faudra pas jeter au panier
Des mots s’envolant par milliers
Au grès du vent comme des ramiers

Des mots rien que pour te dire
Que plus que tout j’aime ton sourire
Des mots qui viennent embellir
Nos plaisirs, nos envies, nos désirs

J’écrirais souvent pour te voir ..
Me lire et garder espoir
Que meme seul dans le noir
Tu revivras notre histoire

Je T’aime <3
 

molig

Guest
De très beau poème sont posté ;) bravo à tous !
Je vais mettre le mien alors qui est une composition à la base.

Infortune : poème chantant

J’ai parcourue la Terre
A la recherche d’une nuit de soleil
Je n’ai trouvé que des journées de Lune
Pour éclairer mon infortune

Découvrir cet espace
En passe de tomber dans le noir
Sous la lumière de cet astre
La pénombre comme seul espoir

Sous cette chaleur éternelle
Personne n’est immortel
profitons de chaque instant
Avant la fin des temps

Même si personne ne veux
Quitter ses jours heureux
Là où la vie il y a
La mort frappe à tout va !

Des gens vivant dans la misère
Les autres pour laisser faire
Laissant leur infortune
Mépriser cette vie commune

On oublie tous de faire
De peur de se faire taire
Ce qui est nécessaire
Pour combler ces déserts
D’une source de vie absolue
D’amour et de respect
Unis dans la diversité
Chaque vie est cette fortune
Que j’ai pu tant rechercher
Au travers de l’humanité
Que je n’ai pu trouver
Qu’en laissant ma vie de côté

Désormais au près des astres
J’ai trouvé cette nuit de lumière
Où plus rien ne m’échappe
Depuis ce corps céleste

Rempli d'amour et de lumière
Plus de pénombre, plus de mal être
J'ai découvert tout ce que la Terre
Recèle au cœur de son être.
 

Miss-Fripounette

Guest
Et bien que de belles lectures je suis rassuré de voir qu'il y a eu de belle citation. Pour ma part mon "poème" est en réalité un texte de slam que j'ai eu a faire lors d'un devoir sur table pour mon école d'éducateur.


Réalité

Je vais vous conté une histoire
Elle sera peut être un peu noir
Elle est complètement imaginaire
Mais tellement réelle et ordinaire

Alors écoutez,

Un enfant, c’est un être si petit, si attachant
Considéré parfois comme encombrant
Il finira surement en CEF ou en prison en grandissant
Personne ne s’en souci, même pas ses parents

Parents qui l’ignorent tout au long de la journée
A cause de ca il en a loupé sa scolarité
C’est anormal c’est injuste mais tellement vrai
Tous ses frères eux ne font que galéré et fumer

Fumer, de la drogue
Diler, de la drogue
Acheter, de la drogue
Se tuer, a la drogue

Drogue qu’il trouve en bas de chez lui
S'ayez à 10 ans il a déjà fait parler de lui
Tos les flics le connaisse, lui et son adresse
Il est puni pour toutes ses conneries, ses maladresses
Maladresses qu’il a commises dans sa banlieue
Il est perdu se sens perdu dans se mauvais lieu
Il a voulu jouer les malins, se voyait comme un As
Et maintenant, est perdu à la DDASS

DDASS c’est un terme qi fait peur
Enfant de la DDASS égale malheur
Maintenant cet enfant est si triste et se crois dans la galère
Alors qu’il ne comprend pas qu’on veut le sortir de la misère

Misère qu’il ne connaitra plus car il sera aimé
Une nouvelle famille une nouvelle vie le fera avancer
Plus de drogue, plus de problèmes, c’est que du bien
Plus tard il sera un grand physicien

Tout ca pour vous dire que si nous sommes là ce n’est pas pour rien
Y a des hauts, y a des bas
Mais les réussites ca fait tellement de bien !
 

molig

Guest
Très beau est au coeur d'un sujet très sensible, bravo !
Merci Euphrosyne le tien est très beau aussi ;)

La sélection n'a vraiment pas du être facile ! J'espère qu'on en aura d'autre à lire !
 

nightshade

Guest
quand je vois le niveau de ceux qui poste, je me demande quels ont été les critères de sélection des poèmes ^^ Je ne sais pas, mais je pense qu'avec 200 candidats, le jury na pas tout lu des poèmes proposé ^^
 

DeletedUser15089

Guest
quand je vois le niveau de ceux qui poste, je me demande quels ont été les critères de sélection des poèmes ^^ Je ne sais pas, mais je pense qu'avec 200 candidats, le jury na pas tout lu des poèmes proposé ^^
tu as bien raison moi aussi je me disais sa, mais enféte les critére c'étais le poème le plus nul ^^
 

McTea

Guest
Bravo pour vos compositions... Voici la mienne, c'est la version finale, j'avais envoyé une vieille version mais peu de changements avec celle-ci puis j'ai pas envie de tout retaper :(

L'Hiver
1995

Acte I La Barbarie

L'hiver frigorifie les arbres.
L'homme se change en marbre
complétement livide
devant un monde macabre,
complétement vide
devant un sujet notoire.

Les larmes inondent la nuit.
Les cris cachent le bruit
que fait en tombant la pluie.
C'est un temps mauvais qui nui
à notre terre chérie,
à notre âme qui fuit.

La tristesse de l'hiver
rend tout le bonheur amère
quand la foudre des éclairs
illumine les cimetières.

La voix satire, le mal se fait sentir.
La haine surgit, elle vient de nuire

Acte II La Mort

L'hiver, les arbres perdent leurs feuilles.
Les cimetières sont remplies de deuils.
Les chagrins jonchent les seuils
des maisons qui deviennent seules.

Les coeurs sont fermés.
les gens sont terrés,
de peur d'être rasés
par un temps rongé
par le gel, par la glace
d'une pluie plutôt lasse
et qui n'a pas de place
pour des hommes sans faces.

Les sentiments s'assombrissent.
Les larmes se durcissent.
La pluie s'immobilise ainsi
sur le corps glacé qui gis.

Le regard satire, le mal se fait sentir.
Les mains meurtries, le mal vient d'agir.
 

Bachtel

Guest
Pour ma part, j'ai proposé cette créa :


Esprit

Une douce lumière berce son corps.
Il flotte vers sa source, attiré par sa pureté,
Ce doux halo est empreint de beauté.

Mais il ne peut réagir, son esprit est mort.
Son âme reste vivante, pleine de souhaits inachevés,
Alors il vogue, tel un pantin inanimé;

Guidé par son âme, seul lien vers la vie,
Mais celle-ci n'est pas libre, enchaînée par son esprit.
Il est hanté par ses échecs passés,
Seul signe visible de ce qu'il peut chercher.

La mort ,malheureusement, n'est qu'un léger palier,
Il subsiste encore en lui de nombreux regrets.
Sa seule recherche est celle du pardon,
Il est toujours, aujourd'hui, en quête de rédemption.



J'en ai fait un autre que j'aurais bien aimé soumettre, mais malheureusement j'avais déjà remis mon poème et la date était dépassée...