[Taverne] Taverne des Délires Oniriques, taverne de la Tribu Calypso.

Discussion dans 'Auberge' démarrée par Selsynn, 6. Aou 2009.

Partager cette page

Statut:
Fermé aux futures réponses.
  1. Selsynn

    Selsynn Guest

    Alors que vous avanciez un peu perdus... un peu en plein milieu de nulle part vous parvient un faible écho de la mer...

    Vous avez déjà entendu parler des landes dévastées... de ces landes qui faisaient perdre l'esprit des hommes qui tentaient de les traverser. peut être êtes vous victime d'un fait similaire...
    Car soudain se dresse devant vous un bateau.

    Le bateau de Calypso...
    Ou une taverne ?

    Tandis que vous vous approchez, assez méfiant, de l'imposant batiment, vous entendez encore plus fort la rumeur des vagues, vous vous sentez tanguer au gré des flots...

    Vous êtes entrés sur les terres de Calypso.
    Vous entendez maintenant la voix d'une sirène qui désire vous emmener au large.

    Le bâtiment s'est peu à peu mué en une auberge somme toute assez normale, avec un brouhaha important qui vient de l'intérieur.

    Le tangage ne se termine pas pour autant alors qu'une odeur de pain chaud s'infiltre dans vos narines... Et que vous voyez apparaitre de tous les cotés des hordes de crabes cliquetant de leur pinces clinquantes.

    Il ne vous reste que peu d'options :
    - Hurler à la mort de trouille et vous faire dévorer vif par les "crabounets" de la Déesse. On sait donc comment il faudra vous estimer dans le futur...
    - Entrer dans l'auberge, alors qu'un client en sort...
    - Vous demener pour essayer de sortir de ce cauchemar idiot. On saura pour le futur où sont vos peurs et vos faiblesses...

    Faites vos choix, Camarades !


    Sur la porte de la taverne est affiché ce petit écriteau

     
    Dernière édition par un modérateur: 6. Aou 2009
  2. Un sentiment étrange ce fesait sentir en alligators427.

    Le tanguage incessant de la batisse, entrainait en lui une montée de nausée, et a la vue de tous c'est crabe, il fut prit d'une furieuse envie de surimi mayonnaise.

    Mais la bienséance et le respect de son hote, lui fit surpassé la anussée et il refreigna sa faim.
    Il rentra donc a l'intérieur.

    Malgrés, l'aspect étrange du batiment, il s'agissait bien d'une taverne, ou flottait une fummée opaque provennant des pipes de quelque client passé, et l'odeur de la biére fraichement brassée.

    Pour l'instant, il était seul.
    Une fois habitué au roulement du navire, i ls'assit a une table et commanda.

    "Tavernier !

    Une bierre (ou tous ce qui s'en rapprochera le plus)
    ainsi qu'une rapide collation (mais sans salade, je digére pas ^^)
     
    Dernière édition par un modérateur: 7. Aou 2009
  3. Selsynn

    Selsynn Guest

    Le tavernier, Arrhan, un homme au ventre bedonnant et à la face amicale vint te voir dès que tu l'appelles.

    Bonjour, je note donc uniquement un morceau de viande braisé. Peut être désirez vous quelques légumes pour accompagner ?
    Avez-vous des gemmes de Rêves ?


    Il regardait quelque chose que tu ne semblait pas voir, puis avant que tu ne puisses lui poser une question il enchaina sur son ton bon-enfant

    Et sinon un alcool à pression... Sarah ! Va regarder les stocks !


    Et il se tourna vers la bonne femme à laquelle il venait de donner un ordre. Celle-ci disparut par une porte dérobée...
    Elle ressorti quelques minutes plus tard, tenant une chope.
    Le tavernier vint vers elle... Tu les vois s'echanger trois mots, puis il revint vers toi, la chope en main.


    Vous avez de la chance, il ne reste plus qu'un tonneau de cet pression blanche. C'est pour ça qu'il est pas marqué sur la carte...

    Vous êtes pas d'ici...
    Je vous envoie Merlin, vous pourrez discuter confortablement avec lui. C'est lui qui juge les dons en Gemmes de Rêves...


    Il attends la réponse pour les légumes puis repartira en sifflotant vers les cuisines...

    Et avant qu'il soit parti arrive un vieil homme, aux oreilles très légèrement en pointe. Malgré la blancheur de sa barbe et de sa chevelure, sa voix ne tremble pas, il a gardé l'élocution d'un homme dans la force de l'âge.


    Bonjour, Sire ... ? Mon nom est Merlin.
    Vous connaissez la tribu Calypso ? Vous êtes dans sa taverne actuellement...
    Il ne dit rien pendant un moment... puis d'une voix pleine de patience il s'attaqua à expliquer à un étranger comment obtenir des Gemmes de Rêves

    nous utilisons ici des Gemmes de Rêves. C'est un matériau très particulier, car il se trouve dans les Imaginaires des gens. Donc pour que je saches si votre imaginaire est grand, il faudra me raconter une histoire...
    Peu importe quelle soit vrai ou non...


    Merlin espérait être clair et s'assit en face de l'homme, le détaillant de façon détournée...
     
  4. La rapiditée des événement laissairent Alligators abasourdi.

    Qu'elle était la question, posée par le tavernier, que lui voulait ce vieil homme, c'est quoi c'est géne de réne ?
    Le seul fait que son cerveau barbare avait assimillé était qu'il tenait dans la main une bonne choppe et que des cuisines montait une bonne odeur de viande grillé.

    Le Guerrier regarda le vieillard qui l'observait avec insistance. Cela commencé a l'agacé légérement, et son instinct Berserk commencait à reprendre le dessus.
    Alors qu'il portait la main a la garde de ca hache, un jet de sagesse s'imposa a lui : il était loin de chez lui, et ne connaissait que trés peu les seigneurs de ses terres, la prudence s'imposait.

    Il fixa le vieil homme qui semblait lui réclamer quelque chose.


    Que me veut tu l'ancien ?


    Merlin, ca t'el était son nom, lui répéta avec patience, ses propos.


    Le vieil homme réclamait son dû en échange de sa pitance.

    Une histoire !

    Mille fait, ce bousculer a lui dans les méandre de sa pensée.

    Du jour de sa premiére bataille, ou au coté de son pére, il s'élanca hardiment pour combattre le clan des Loups. Il avait vu son oncle mourrir au cour de cette battaile, et c'était lui méme illustré en tuant de sa hache le chef ennemis.
    Au hanche parfaitement déssinée, au sein rebondie et au croupion ferme de son premiére amour. Moon, la fille du guérrisseur, avec qui il avait échanger de longue étreintre passionées a l'arriére du chariot fammiliale a l'occasion des longues croisés de son peuples...
    La mort de son pére, chef du village respecté est craint, jour qui avait vu son couronnement.
    La construction de son premier village, au pied de colline verdoyante, ou le gibier et le poisson proliféraient!
    Et les contes que racontaient les sages au enfant, a la lueur du feu.

    Tant de souvenir a raconté...
    Pourtant aucun ne lui vient a l'ésprit.
    Grissé par l'alcool, il se leva et sauta a pied joint sur la table et entonna:


    Juste après m’être apprêté, avant de m’aventurer, je m’apprête à préparer mon beau sac d’aventurier… Quels objets dois-je emmener*? Ai-je assez pour m’équiper*? Au moment de tout lister, j’ai bien envie de pleurer…
    Caaaaaar…
    J’ai une épée molle, des bottes qui rigolent, un bouclier rose et bleu, une armure qui craint le feu. J’ai un casque en tôle, une ceinture qui colle, un caillou défectueux, une arbalète pour les vieux.
    Et la suite n’est pas mieux…
    J’ai des gants débiles, des sardines à l’huile, une cape qui sent le bouc, un chapeau qui me rend plouc… J’ai un arc en laine, un chandail en chêne, un couteau de 20 kilos, une hache pour fendre l’eau…
    Et la suite c’est cadeau…
    J’ai une bouillotte, une potion de flotte, un parchemin pour vêler, des godasses qui font danser…
    J’ai l’anneau magique qui rend alcoolique… Et cet anneau le voici, grâce à lui,*je suis ici !



    HS: Les paroles de la chanson ne sont pas de moi mais de JBX, créateur de la série Reflet d'acide
    Tous homme a une limite a son imagination :D
     
    Dernière édition par un modérateur: 7. Aou 2009
  5. Winterfell

    Winterfell Guest

    Manque de sommeil ou fatigue accumulée, toujours est-il que Winterfell était à deux doigts de piquer du nez sur son fauteuil, tout au fond de la taverne.
    C'est alors qu'un coup de tonnerre se fit entendre, et la fit sursauter.
    Machinalement, elle porta la main à la garde de son épée avant de se rendre compte de sa situation, sans danger donc.

    Tiens... un visiteur s'était enfin aventuré dans la taverne...
    Et voilà que Merlin semblait être en grande conversation avec lui, Winterfell pouvait aisément deviner le thème de leur discussion: les Gemmes de Rêve, encore et toujours.

    Tandis qu'une ébauche de sourire se dessinait sur ses lèvres, la jeune fille se leva souplement, avant de se diriger vers la fenêtre la plus proche.

    Il pleuvait dehors, les gouttes frappaient le carreau avec force, et renforçaient le sentiment de bien-être que l'on ressentait dans la taverne.
    Plissant les yeux sous sa cagoule qu'elle n'enlevait que très rarement, Winter laissa ses pensées l'emmener dans leur maelstrom habituel.

    Arriverait-elle à réunir tous les rêveurs de ces terres? Ces gens aux moeurs considérés comme marginaux de par leur imagination débordante... trop peut-être? Ces gens qui rêvaient d'aventures et d'explorations, de découvertes, de nouvelles amitiés...

    La jeune fille n'était pas dupe, il y en avait peu.
    Tous les autres étaient préoccupés par le perpétuel renforcement de leur puissance...

    Laissant échapper un soupir, elle retourna à son fauteuil favori, après un signe de tête amical à l'adresse du visiteur qui semblait fasciné par le magicien des Gemmes.
     
  6. Selsynn

    Selsynn Guest

    Merlin regarda l'homme qui était devant lui. il eut peur un moment de ses capacités intellectuelles. Peur qu'il ne puisse pas comprendre ses paroles. mais après un petit instant il fut ragaillardi, un peu de pression blanche dans les veines et il se mit à chanter une chanson...
    Non pas paillarde, mais d'un genre que Merlin n'avait auparavant encore jamais entendu !

    Intrigué il suivit des yeux la balade folle du barbare. Il ne savait pas si c'était vraie ou pas, mais il savait qu'il ne fallait surtout pas brusquer les gens...

    Quelques clients du barre levaient leur choppes pour accueillir le barbare. Depuis quand étaient ils ici... Pas longtemps... Ils semblaient apparus du néant.

    Merlin fit aussi un signe de la tête à Winterfell, chef incontestée de la tribu Calypso.

    Quand ce fut manifeste que la chanson était terminé, Merlin fit un grand sourire au barbare :


    Très belle Chanson. Vous avez le sens du rythme des mots, je dois dire.
    Il me parait claire que votre chant mérite d'être bien nourris pour un repas. Désirez vous demandé une nouvelle boisson à Arrhan ?
    Peut être un peu plus de nourriture ?


    Alors qu'il disait cela Arrhan était revenu des cuisines, avec entre ses mains une assiete dégageant une petite fumée, au fumet apétissant.
    La viande était encore saignante, bien qu'elle soit cuite.
    Des légumes étranges et variés peuplaientle contour de la viande.
    Arrhan déposa l'assiete sur la table près de laquelle le barbare s'était assis avant de chanter ( et de danser ?)

    Merlin attendit tranquillement sans presser l'homme. Il aurait les réponses à temps. Et puis dans cette Taverne où invoquer une chose la faisait arrivée, Merlin invoqua l'image de sa fille Morgane... mais celle-ci ne pouvait venir...



    HS : Je me disais bien que le rythme me disais quelque chose ! Vive les saga MP3 ! ... Rhaa Winterfell tu m'a devancée ! Fin du flood.
     
  7. Le fumet de la viande mit grandement en appétit le barbare (bien que la vue des quelques légumes il ne put réfrainé un rictus de dégout)

    Il jetta un regard autours de lui.
    De pauvre ame se perdaient dans l'apsorbtion de leur beuvrage préférait.

    Dans un coin sombre, il apercut une jeune guerriere qui le regardait .
    Elle, lui sourit, il le lui rendit, mais son attention fut attiré par le vieil homme qui lui proposé une autre choppe.


    Ma foi ca ne serait pas de refus.
    Et cette boustifaille, et délicieuse.

    Se tournant vers le patron

    Chef encore une assiette !
     
  8. Ephtar

    Ephtar Guest

    Ephtar rentra a son tour.

    Il n'en croyait pas ses yeux, toutes cette nourriture et cet endroit: mysterieux, etrange et pourtant attirant. Les terres de Calypso n'etait-elle pas reputee pr etre envoutante et attirer tout voyageur a sa taverne? Ephtar ne pouvait s'empecher d'admirer la decoration et les sirenes: elles etaient attractives mais il savait qu'au fond de lui qu'il fallait en detourner le regard. Il se rapella de quelque chose: on lui avait donne un bracelet afin que l'odeur que degageait ces terres et ces personnes ne le fassent pas oublier la notion du temps mais surtout qu'il ne perde pas sa bourse rapidement! Eh oui, ce malheureux avait faim et il devait travailler dur pr survivre!

    Ephtar apercut alligators, il prit une chaise et alla s'assoiere a cote de lui. Il attendait le moment ou celui-ci sortirait de ses reves ou qu'il prenne la parole. La jeune guerriere etait effectivement belle, mais n'avait-il pas deja une bien aimee du nom de Moon? En s'approchant d'alligators, il apercut Merlin et entendit leur conversation. Il reflechissait a une histoire, et puis quoi! Pourquoi pas si on peut gagner des gemmes de cette facon, boire et manger a volonte! Seul inconvenient, etre creatif, original, attire l'attention et deborder d'imagination! Car sinon, c'etait la sortie ou utiliser sa bourse! Mais il avait le temps car Merlin etait occupe ac alligators.

    Ephtar leva la voix bien fort pour annoncer son arrivee:

    Arrhan, une envolée gastronomique du Rêveur pour moi! Et comme rafraichissant, une Multi Saveurs des Brumes Matinales!

    Il ne restait plus qu'a attendre pour savoir si sa presence avait etait remarquee a travers ce brouhaha...

    P.S: Je suis aux states, donc je ne peux pas mettre les accents, desole !
     
  9. Winterfell

    Winterfell Guest

    Arrhan, un grand sourire aux lèvres, se tourna vers son premier client qui semblait avoir bon appétit et lui cria:

    - Ça vient ! Et une deuxième fournée pour sieur Alligators, et qu'ça saute !

    C'est alors qu'un nouveau visiteur franchit le palier, les yeux brillants, et passa commande sur le champ.

    - On vous prépare ça tout de suite messire !

    Pour s'assurer que Sarah ne se tournait pas les pouces en cuisines, il reposa son torchon qu'il ne lâchait presque jamais et s'en alla d'un bon pas voir comment les choses avançaient.

    De son côté, Merlin détaillait le nouveau venu, tandis que ce dernier prenait place à côté de celui qui semblait être son ami.

    - Bien le bonjour messire, je vois que vous semblez avoir compris le principe des Gemmes de Rêve... Qu'allez-vous donc nous raconter?
     
  10. Ephtar

    Ephtar Guest

    Ephtar attendait son repas ac impatience! Pendant ce temps, Merlin attendait une histoire. En attendant le repas, il pouvait bien lui raconter une histoire! Mais ac le ventre creux, c'etait un peu dur... Merlin le regardait fixement, pret a ecouter, c'est alors que Ephtar prit la parole:

    Bien le bonjour Merlin, je vais te faire le recit de mes debuts. Mes debuts en tant qu'ecuyer. En effet avant de devenir chevalier, je fus bien entendu ecuyer. Je te raconterai morceau par morceau mes aventures en tant que chevalier puis general. D'autres histoires seront aussi a compter mais elles sont plus annexes. Je debutais dans le village de Carvahall sur l'ancien monde deux qu'etait Tribal Wars. Je ne savais rien du tout. Je rentrai dans ma premiere tribu: les [LCT]. Je n'etais qu'un membre a part et je faisais la connaissance de mes compagnons qui etaient tres amicaux. Helas inexperimente comme j'etais, le village s'effondra et moi avec. Les survivant et moi allerent vers un autre continent. Je me decidais alors a lire tout ce qui serait bon pr faire evoluer ce village et le faire prosperer. Tres vite, mon village fut reconnu et je fus nomme chef de la tribu wing. Pro+ec+eur, chef de la tribu mere me demanda de l'aider a gerer les deux tribus ac d'autres compagnons. Par cette action, on me fit l'honneur d'etre chevalier et je passais rapidement general sans meme m'en apercevoir et sans avoir pu montrer tous mes talents a l'epee.

    Suite dans le prochain episode, en attendant que Ephtar mange qqs choses (c'etait dur de reflechir le ventre creux)
     
  11. Winterfell

    Winterfell Guest

    Arrhan arrivait avec la commande d'Alligators, tandis que Merlin écoutait attentivement le début du récit d'Ephtar.

    - Eh bien ma foi... il me semble qu'un peu de nourriture vous motivera à continuer cette histoire qui me semble fort sympathique !
    Arrhan ! A manger s'il te plait, et vite.


    Arrhan souriait devant l'animation qui dynamisait peu à peu sa taverne.

    - Ça vient Merlin ! Dépêche toi donc Sarah !

    Et il retourna en cuisines avant d'en ressortir, quelques minutes plus tard, avec un plat au fumet appétissant, assorti d'une boisson aux couleurs mystérieuses.

    - Une envolée gastronomique du Rêveur, une ! Et une Multi Saveurs des Brumes Matinales pour faire descendre le tout, Bon appétit messire !
     
  12. Des bruits de sabots martelant le sol d'un rythme lent et régulier se firent entendre dans la ruelle.
    La silhouette d'un cheval harassé se dessina peu à peu aux lumières de la taverne, laissant bientôt apparaitre une langue pendante tapissée d'écume. Un homme non moins épuisé se glissa péniblement au sol, ses jambes menaçant un peu plus chaque instant de se dérober sous son propre poids.

    - Boire... Manger...

    Les mains calleuses de l'individu parvinrent finalement à attacher les sangles de sa monture, mais franchir l'unique marche du péron fut pour lui l'épreuve de trop ; il s'écroula.
     
  13. Winterfell

    Winterfell Guest

    Assise près de la fenêtre, Winterfell fronça les sourcis lorsqu'elle distingua dans le brouillard extérieur la forme sombre d'un cheval et de son cavalier.

    - Hum... ne semblent pas en très bon état...

    Un homme massif mais vraisemblablement au bord de l'épuisement fit son apparition aux portes de la taverne, et Winterfell eut à peine le temps de se lever pour lui proposer son aide qu'il s'écroula lourdement sur le perron.

    Arrhan déposa prestement torchons et verres pour se porter à la rescousse du malheureux, se saisissant de son bras gauche pour l'aider à se relever tandis que Winterfell faisait de même avec le droit.

    - On l'emmène en haut.

    Sous les yeux intrigués des quelques clients, la jeune fille et le tavernier se chargèrent de tirer le cavalier jusqu'à l'escalier.
    Juste avant de monter, Winter chercha du regard Merlin, et lorsque leurs yeux se croisèrent, il hocha imperceptiblement la tête.

    Le vieil homme s'adressa alors à Ephtar qui se restaurait aux côtés d'alligators.

    - Je dois vous laisser quelques minutes messire, le devoir m'appelle. Je vous souhaite bon appétit, nous reprendrons notre entretien à mon retour, d'ici là, n'hésitez à demander à Sarah si vous avez besoin de quoi que ce soit.
     
  14. - me... merci, balbutia l'homme.
    Il faut que... que je reparte au plus vite, ils me retrouveront... Ils me retrouvent toujours...

    Puis il sombra dans l'inconscience.
     
  15. Winterfell

    Winterfell Guest

    Tandis que, titubant tant bien que mal dans les escaliers de la taverne, Arrhan et Winterfell emmenaient l'étrange visiteur à l'étage, celui-ci souffla quelques mots avant de retomber dans l'inconscience.

    Puis ils entrèrent dans l'une des chambres encore vides, mais propres et ordonnées, et déposèrent le plus délicatement possible l'inconnu sur le lit.

    Arrhan s'occupa de lui enlever ses bottes, tandis que Winterfell se dirigea vers le pas de la porte, attendant Merlin qui arriva quelques minutes plus tard avec une vieille mallette de cuir.

    Après une rapide auscultation, le vieux magicien déduisit que l'homme n'avait rien de grave, hormis le fait qu'il avait du chevaucher trop longtemps, et sans manger ni boire.

    Le généreux aubergiste s'en alla donc quérir quelque chose à lui offrir à son réveil, tandis que, pour plus de sûreté, Merlin resta aux côtés du malade.

    De son côté, debout près de la fenêtre de la chambre, Winterfell réfléchissait aux paroles de l'homme dont elle ignorait toujours le nom.
    Il semblait poursuivi, mais pourquoi, et par qui?

    Dans le doute, il valait mieux prévenir que guérir, et tandis qu'elle pensait mettre en place quelques gardes par ci par là aux alentours de l'auberge, Winterfell passait machinalement la main sur la garde de son épée qui pendait à ses côtés.
     
  16. L'homme se réveilla dans une pièce exiguë qui se révéla pourtant chaleureuse. Les robustes poutres de chêne y étaient certainement pour beaucoup.
    Il regarda autour de lui comme par réflexe, mais sa vision était encore floue. Aussi fallut-il quelques secondes avant d'apercevoir une silhouette agréable qui le séparait de l'unique petite fenêtre de se qui se révéla être une chambre.
    Une main réconfortante vint lui toucher le front.
    L'inconnu se retourna dans son lit pour se retrouver nez à nez avec un visage barbu, marqué de rides profondes et dont une paire de lunette venait éveiller un regard malicieux.
    On lui chuchota quelques mots...
     
  17. Tout a son repas, alligators ne remarqua pas l'agitation qui ce fesait autours de lui.
    Il était trop heureux de pouvoir faire bonne pitance en compagnie d'ephtar vers qui il levait de tps a autre sa choppe afin de trinquer.
    Une fois celle-ci vide, il appella arrhan afin que celui ci le la lui remplisse...
    N'obtenant de réponse, il leva enfin les yeux de son assiette.

    Le patron et le vieillard avaient tous les deux disparut a l'étage, ou on les entendaient s'agiter.
    Une atmosphére lourde et palpable plongé la taverne dans un silence profond.
    D'un rapide coup d'oeil, il appercut la jeune guerriére qui jouait avec la paume de son épée, comme si elle hésitait a la dégainer.
    Qqch semblait ce tramer.
    Il attira sa hache a lui et la garda a porter de main.Il fit un petit signe a Ephtar de ce tenir sur ces garde et retourna a son assiette tous en jetant des coups d'oeil furtif au alentour...
     
  18. DECAPITOR

    DECAPITOR Guest

    Arrivant de nulle part, tandis que le tonnerre se répercutait dans le ciel, sur sa monture favorite, un coursier aux poils tentés de noirs, Décapitor aperçut la taverne. Il fit faire un virage en angle droit à son cheval et sauta à terre. Il dessangla sa claymore et l'accrocha à son dos, il prit son paquetage, enroula les brides sur un poteau et pénétra dans le bâtiment.
    Une agitation presque inhabituelle aux yeux de Déca faisait fourmilier plusieurs personnes, tandis qu'une autre, la main sur sa hache dégusté un bon repas.
    Déca, pour ne pas se faire remarquer par ses tatouages du berserkr pendant ses voyages, avait enfiler une longue veste noir...une capuche couverte de pluie lui rendait sombre tout son visage.
    Il observait tout le monde dans le moindre détail, souriant presque devant la découverte que tout le monde était différent et exceptionnelle.
    Il resta planter là, attendant patiemment que quelqu'un vienne le déranger de sa transe pour le moins étrange.
     
  19. Winterfell

    Winterfell Guest

    Merlin utilisait son art de guérison sur le jeune homme inconscient, qui battit des paupières quelques instants plus tard.
    Tandis qu'il découvrait les lieux, le magicien lui chuchota quelques paroles réconfortantes.

    - N'ayez crainte, vous êtes en sécurité ici. Quel est votre nom ? Qui sont vos poursuivants ?

    Il ponctuait ses questions d'un petit sourire encourageant.

    De son côté, Winterfell observait depuis la fenêtre l'arrivée d'un nouveau visiteur.

    - Un ennemi ? Peu probable qu'il se présente de cette manière...

    Néanmoins, après avoir brièvement croisé le regard de l'inconnu alité, et serré l'épaule de Merlin en passant, elle préféra redescendre dans la salle commune, et sortit silencieusement de la chambre, sa longue cape bleu nuit claquant dans son sillage.

    L'atmosphère avait vraisemblablement changé, et l'air était lourd.
    D'un rapide coup d'oeil, la jeune guerrière évalua l'assemblée et vit que certains étaient sur le qui-vive.

    - Tant mieux. Dans le cas d'une attaque, tous les bras supplémentaires seront les bienvenus.


    Puis elle se dirigea vers le comptoir et attendit qu'Arrhan sorte des cuisines, les bras chargés d'un plateau fort appétissant.

    Elle se rapprocha de l'aubergiste pour lui murmurer quelques paroles:
    - Je vais m'occuper de tu-sais-quoi. S'il y a des fous assez téméraires pour prendre d'assaut l'auberge, autant que leur mort apaise la vie des autres, cela fait trop longtemps qu'ils n'ont pas combattu, trop longtemps qu'ils n'ont pas eu de sang frais.

    Le tavernier blêmit légèrement, puis se rengorgea.
    - Prends garde à toi, après tout...

    Il fixa la cicatrice qui barrait l'oeil gauche de son amie, de son arcade sourcilière à sa joue du même côté.
    Celle-ci passa machinalement la main sur la vieille blessure.
    - C'était le prix à payer...

    Puis elle lui serra doucement l'avant-bras avant de rabattre sa capuche et de sortir de l'auberge. Elle avait frôlé le nouveau-venu en passant et le jaugea rapidement. Il ne semblait pas animé de mauvaises intentions.
    Et c'est sur ces pensées qu'elle disparut dans le brouillard.

    Arrhan, avant de monter à l'étage, cria à Sarah qu'il y avait un client à servir, avant de s'adresser à ce même client, un sourire éclatant à l'appui:

    - Bienvenue messire ! On s'occupe de vous, allez donc vous installer !
     
  20. DECAPITOR

    DECAPITOR Guest

    Il regarda passer la jeune femme près de lui. Il s'aperçut qu'elle l'avait vite regarder de la tête au pied avant de hocher la tête. Déca n'aimait pas qu'on le regarde ainsi, ça lui donnait envie de se bagarrer presque. Il vit que l'aubergiste l'interpeller. Il s'assit à la table qu'on lui montra et commanda une pinte de bière et un verre de vin...
    L'aubergiste parut curieux de savoir le pourquoi du nombre de boissons:
    - J'attend mon frère, dit il avant même qu'une question ne fuse des lèvres de l'aubergiste.
    L'attente ne fit pas longue. Son frère, un nabot, dont les revêtements de cuirs qu'il portait était couvert de boue et imbibé d'eau, le remarqua aussitôt. Il alla s'asseoir en face de lui.
    - Tu as ce que je veux, cher frère? demanda t il.
    - Non. Je n'ai put trouver la relique ni l'homme, répondit Déca.
    - Tu me déçois, mon frère.
    - Comme toujours... mais je ne veux plus te décevoir, c'est pour ça que je te donne une dernière déception: je rend mon tablier.
    Son frère s'étrangla avec son vin.
    - Je ne veux plus servir à tes actes perfides, maintenant c'est moi qui dirige ma vie.
    Déca souleva son frère par le col d'une seul main:
    - Essaye de m'obliger à revenir à toi, et je te décapite.
    - Original...tu ne changeras pas de méthodes un de ses jours? Certes cette méthode de tuer tes victimes t'ont donner le surnom de Décapitor qui t'a permis de mentir sur tes origines, mais maintenant il faudrait innover, cher frère.
    - Va te faire voir!
    Sur ce, Déca s'approcha de l'aubergiste, lui mit une vingtaine de pièces d'or dans les mains et monta à l'étage.
    Arrivé devant une porte d'une chambre vide, il entendit des râles derrière lui. Il se retourna et vit une porte entre ouverte. Il y avait un homme souffrant dedans. L'homme. Le fugitif. Sa proie. Non, son ancienne proie. Maintenant il n'était plus au service de son nain de frère. Il ouvrit la porte de sa chambre et s'effondra sur le lit, et s'endormit.

    Pendant ce temps, tout près de l'auberge. Une forte troupe de piétaille noircissait le tableau. Devant eux, un cavalier, un nain. Le frère de Déca. Il s'apprêtait à donner l'assaut.
     
Statut:
Fermé aux futures réponses.