Lukör

MircamRonoa

Guest
Voila mon texte je l'ai débuter quand j'ai fais un tour a l'hosto pour passer le temp et je me suis rendu compte que je pouvais réelement tirer quelque chose de cela alors je me lançe pour écrire la suite du texte des aujourd'hui. :)
Caché derrière un talus, retenant sa respiration afin de ne pas effrayer sa proie, Lukör dégaina sa dague, et, d'une manoeuvre experte, bondit sur le monstre et l'abattu sans aucune difficulté. Il contempla l'animale, et, soigneusement, se mis à le dépecer. La bête, d'un gabarit impressionnant, était ornée d'une paire de défenses usées, et son pelage, long et drue, était maculé de sang, signe que l'animale n'en était pas à son premier combat. Mais celui si fût le dernier pour la pauvre carcasse. Lukör, le meilleur chasseur du village, avait réussis, après une semaine de traque sans relache, a tuer le terrible Kuzor. Son village allait enfin connaitre la paix. Chaque soir, ce géant des fôrets partait dans les villages environnants (y compris le sien) et ravageait les recoltes amassées tout au long de l'année. Il était de son propre intérêt et ceux des autres villageois de se debarasser de ce fléau. Il charga donc la viande dans son sac et retourna sur les traces de son village, Rabaykora...


Lukör pénétra dans le village ou était stationné un chariot remplie de denrées et d'objets en tout genre. C'était Rygaro, un marchand ambulant qui avais pris pour habitude de passer par Rabaykora avant de descendre dans les grandes villes comme Lok Masséna ou Youro Es Baen. Depuis son plus jeune age, Lukör rêvait de devenir marchand ambullant. A part la fôret ou il chassait et les montagnes glaciales des Féoress ou il conduisait régulierement son troupeau, il n'avait jamais quitter son village natale. Mais aujourd'hui, a quatorze ans, Lukör fais partit des meilleurs chasseurs de sa contrée. Il est né dans une famille de paysans, non pas dans une riche famille de commerçants...


Peu à peu, il s'éloigna de toute cette agitation et s'engaga sur un chemin pentu qui le mena vers une maison quelque peu inquietante. Il poussa qui se mit à grinçer et entra dans la deumeure. Il pose son sac sur la table, fait quelques pas vers sa chambre quand une voix famillière l'interpelle...

_Combien ?
Lukör se retourne et, d'une voix mal assuré, il répond :
_Un seul, père, mais il est de bonne taille, nous devrions en avoir pour un mois et...
_Un seuls ? Un seuls ?! Tu te pretend être le meilleurs chasseur de la région, et toi, après plusieurs jours d'abscence, tu nous ramene qu'un seul monstre ?
Même ce crétin de Vynès, qui n'a jamais manipulé une arme, aurai pu faire mieux ! Et toi, tu ose rentrer ici apres plusieurs jours d'abscenses, et me repondre que tu n'a pu tuer qu'un seul monstre ?!


Il s'avenca et le gifla, mais Lukör ne retorqua pas...
Il savait qu'apres la mort de sa mère, son père rongé par la solitude et le désespoire, était devenu un être violent, sous l'emprise de l'alcool.

Titubant sous la force du coup, Lukör ne dédaigna même pas un regard à son père. Certe, ils comprenait que la mort d'un être qui lui était cher le rende exécrable, mais jamais il n'aurait imaginé qu'il en viendrait un jours a frapper d'une telle violence son propre fils. Au bord des larmes, Lukör se rua vers la sortie, et et il couru, sans vraiment savoir ou il allait. Et il courru, encore et encore, sans jamais s'arretter, il était désormais en bordure de fôret . Les branches lui fouettait le visage. Et il hurla, non pas de douleur mais de colère. Il jura, il pesta... Son père, le village, ses habitants... Il les détestait tous. Et il s'éffondra, en larme, au millieu d'un bois qu'il connaissait bien...
 
Dernière édition par un modérateur:

bonm

Guest
Il y a des fautes d'orthographes mais j'aime bien


Lukör pénètra dans le village ou était stationner un chario

Pénétra et chariot

ambulant qui à pour habitude
Pas de accent sur le 'a'

partit des meilleurs

de commerçants.

A part la fôret ou il chassait
 
Dernière édition par un modérateur:

MircamRonoa

Guest
Pour les prenom je me suis inspirer d'Eragon, mais aucun n'a été copier :D
bonm, merci pour les fautes, j'ai jamais été très fort en orthographe :p
J'vais coriger sa si je peux.
Bon bas aux moin vous aimez bien c'est cool :)
 

P0L0

Guest
Bon perso, j'ai lu la première phrase et y déjà 5 fautes d'orthographe dedans donc j'me suis arrêté là.
 

NameriF

Guest
Faut admettre que les fautes dérangent beaucoup la lecture... Relis-toi plusieurs fois, en ne faisant attention qu'à ça et tu peux aussi utiliser le correcteur orthographique hein, c'est fait pour ça et ça peut toujours aider ;) Word est parfait d'ailleurs à ce niveau !

A voir quelle suite tu vas donner à cette histoire, j'attends la suite :)
 

MircamRonoa

Guest
Bon soite, je fais des fautes :p
J'ai essayer de les coriger dite moi si vous en voyer encore plein, sa me rendrai beaucoup service pour l'évolution de mon texte :)
 

DECAPITOR

Guest
V. Corrigé + commentaires intégrés :

Caché derrière un talus, retenant sa respiration afin de ne pas effrayer sa proie, Lukör dégaina sa dague, et, d'une manoeuvre experte, bondit sur le monstre et l'abattut sans aucune difficulté. (mériterait d'être séparer en deux phrases) Il contempla l'animal, et, soigneusement, se mit à le dépecer. La bête, d'un gabarit impressionnant, était ornée d'une paire de défenses usées, et son pelage, long et dru, était maculé de sang, signe que l'animale n'en était pas à son premier combat. Mais celui-ci fut le dernier pour la pauvre carcasse. Lukör, le meilleur chasseur du village, avait réussi, après une semaine de traque sans relâche, à tuer le terrible Kuzor. Son village allait enfin connaitre la paix. Chaque soir, ce géant des fôrets partait dans les villages environnants (y compris le sien) et ravageait les recoltes amassées tout au long de l'année. Il était de son propre intérêt et ceux des autres villageois de se debarasser de ce fléau (la succession " de se " et " de se " est, je trouve, maladroite). Il charga donc la viande dans son sac et retourna sur les traces de son village, Rabaykora ... (dans ce paragraphe, répétition de " village " et de mots de la même famille, essaye de gagner en vocabulaire, ex : hameau, bled, patelin, bourg, bourgade, commune, etc)


Lukör pénétra dans le village où était stationné un chariot rempli de denrées et d'objets en tout genre. C'était Rygaro, un marchand ambulant qui avais pris pour habitude de passer par Rabaykora avant de descendre dans les grandes villes comme Lok Masséna ou Youro Es Baen. Depuis son plus jeune age, Lukör rêvait de devenir marchand ambulant. A part la fôret où il chassait et les montagnes glaciales des Féoress où il conduisait régulierement son troupeau, il n'avait jamais quitter son village natale. Mais aujourd'hui, a quatorze ans, Lukör faisait parti des meilleurs chasseurs de la contrée. Il était né dans une famille de paysans, non pas dans une riche famille de commerçants... (attention à bien conserver les temps du passé si tu as commencé avec (imparfait, passé simple, plus-que-parfait, etc) ; répétition de " où ", de " marchand ambulant " >> même conseil, varie ton champ lexical)


Peu à peu, il s'éloigna de toute cette agitation (maladroit >> il aurait fallu dire qu'il y avait foule autour du marchand, " l'agitation " est un fait résumé de quelque chose dont on n'a pas eu vent avant) et s'engagea sur un chemin pentu qui le mena vers une maison quelque peu inquietante. Il poussa la porte qui se mit à grinçer et entra dans la deumeure. Il posa son sac sur la table, fit quelques pas vers sa chambre quand une voix famillière l'interpella ... (là, idem, un paragraphe au présent ... je corrige x))

_Combien ?

Lukör se retourna et, d'une voix mal assuré, il répondit :

_Un seul, père, mais il est de bonne taille, nous devrions en avoir pour un mois et...

_Un seuls ? Un seuls ?! Tu prétends être le meilleur chasseur de la région, et toi, après plusieurs jours d'absence, tu nous ramènes qu'un seul monstre ? Même ce crétin de Vynès, qui n'a jamais manipulé une arme, aurait pu faire mieux ! Et toi, tu oses rentrer ici, apres plusieurs jours d’absences (répétition), et me repondre que tu n'as pu tuer qu'un seul monstre ?! (c'est un discours de " gueulard " qui ne fait pas assez " gueulard ", tu me comprends ? on dirait un ptit vieux puritain là, tu peux faire mieux)

(essaye d'aérer tes dialogues, peut être mettre des couleurs attractives, mais toutefois douces à l'oeil, puis une ponctuation de dialogue plus " classique " ou bien une autre, mais change celle-là :D)

Il s'avança et le gifla, mais Lukör ne rétorqua rien ... (reprise du passé ? tu ne maîtrises pas terriblement bien les temps) Il savait qu'après la mort de sa mère, son père rongé par la solitude et le désespoir, était devenu un être violent, sous l'emprise de l'alcool.



Ce qu'il faut que tu fasses :
Essayer d'assimiler plus de vocabulaire, vérifier tes temps à la relecture (que ce soit en harmonie), et vérifier tes fautes.

Toutefois, c'est pas trop mal, quoiqu'un peu court. J'attend une suite :D



Bonne continuation,
J'ai plaisir à voir de nouvelles têtes dans la section, en espérant que tu l'abreuveras longtemps de tes récits,

Deca
 

MircamRonoa

Guest
:eek: On peut dire que tu t'es donné de la peine pour mon texte, sa fais plaisir :D
Ouai je suis en train d'écrire la "prolongation" de mon texte. Je vais faire beaucoup plus attention :)
Merci :D