L'arrivée d'Ayla [ Livre ]

  • Auteur de la discussion DeletedUser289
  • Date de début

DeletedUser289

Guest
Introduction :

Une jeune fille avançait, ses longs cheveux bleus clair dansaient dans son dos, et ses grands yeux rouges exprimaient la rage et la tristesse, oui elle était triste,
triste de devoir abandonnée sa famille, ses amies, son pays ,triste d'être seule dans un nouveau monde auquel elle ne connaissait rien...

Cela faisait 3 jours qu'elle voyageait sur sa fidèle jument Izara, et depuis ,elle se demandait si son peuple s'en était sorti, et si elle serait à la hauteur pour fonder une ville aussi belle que celle de ses parents et si elle serait acceptée malgré son étrange physique : Ayla était une marchombre, une guerrière d'élite qui prône l'agilité et la souplesse plutôt que la force, et son corps est parfait pour ce genre d'activité. Elle est grande mais d'une souplesse incroyable ,elle a des réflexes à couper le souffle et elle a beau être fine elle n'en reste pas moins forte, ses yeux sont rouge, personne n'a pu expliquer ce phénomène de même pour ses cheveux bleu clair qui deviennent de plus en plus foncés quand le soleil baisse.

Quoi qu'il en soit, elle attendait patiemment de rencontrer quelqu'un, si il vient en ami elle l'écoutera si il vient en ennemi, elle se battra ! Elle est seule, et tant qu'elle n'aura pas trouvé son chemin, elle ne retrouvera pas ce si beau sourire qui éclairait son visage...
 

Vidhar le Silencieux

Guest
content de voir de nouveaux rôle-players arriver sur ce topic ;)

sympathique mais ça nous laisse sur notre fin... la suite !!! lOol
 

Plume

Guest
On aura le droit à une nouvelle partie chaque jour ? Vivement la suite...
 

King Keither

Guest
jolie petit texte,j'espère que tu nous fera connaître la suite:)
 

DeletedUser163

Guest
Ce texte me rappelle des choses, mais je sais plus lesquels...
 

DeletedUser289

Guest
Chapitre 1 : La rencontre


Après avoir récoltés les ressources que ses fidèles villageois avaient collectés pour lui, Arkoss après cette "dur" journée de labeur ( et oui, son royaume et grand et il le parcourt à pied ), se décida à rentrer chez lui pour se reposer. Sur le chemin du retour, il croisa une jeune femme, grande, svelte, avec un air un peu perdu. Ses yeux reflétèrent un étrange sentiment de tristesse, et plus étrange encore sont la couleur de ceux-ci, rouge sang, de même que la drôle couleur de ses cheveux bleu.

Il s'approcha d'elle et lui posa la question, même si la réponse semblait totalement évidente :

-Excusez-moi mademoiselle, vous êtes perdu ?

Ayla avançait toujours perdu et désespéré lorsqu'elle entendit la voix du jeune homme qui semblait joyeux mais fatigué, elle porta la main à sa ceinture prête à lui couper la tête s'il se faisait menaçant mais non au contraire, ses cheveux et ses yeux ne semblèrent pas l'effrayer et il lui parla d'une voix chaude et gentille

Elle lâcha la poignée de sa dague et descendit agilement de son cheval elle lui fit un léger sourire et répondit.

"Oui et non... Je ne sais pas où aller n'y quoi faire en faite sans être perdu puisque je sais ou je suis..."

La réaction de la jeune femme le surpris, même si il s'y attendait. Une question à voix haute, dans le silence de la nuit, valait toutes les prudences...

Mais, ce qui l'intrigua le plus, ce fut sa réponse :

"Oui et non... Je ne sais pas où aller n'y quoi faire en faite sans être perdu puisque je sais ou je suis..."

Cela fit sourire Arkoss, qui avait toujours des montagnes de choses à faire qui l'empêchait de connaître l'ennui, voire l'incertitude. Il lui répondit :

-En cette fin de soirée, je vous propose de rentrer chez vous, ou même de rechercher une taverne pour dormir. Une bonne nuit de sommeil permet de résoudre beaucoup de problèmes...

"Je vous remercie sir, je vais suivre votre conseil ! Que l'esprit de Keriale soit avec vous..."

Ayla faillit se donner une gifle! Non mais qu'es ce qui lui avait prit de le bénir a la façon marchombre! Elle grimpa immédiatement sur son cheval dans un saut surprenant, et se prépara à s'enfuir avant qu'il ne comprenne ce qu'elle venait de dire et qui ne la prenne pour une sorcière! Elle n'avait pas vraiment envie de se battre contre toute une armée et de finir sur un bucher! Elle lança son cheval au galop en direction de la ville la plus proche. S'enfonçant dans la nuit dans ces ruelles sombres...


"Je vous remercie sir, je vais suivre votre conseil! Que l'esprit de Keriale soit avec vous..."

L'esprit de Keriale ? Qu'est-ce donc que cette farce ?

Mais avant de n'avoir pus y réfléchir, la jeune femme était partie en courant dans la nuit !!

C'est alors que les paroles de l'Ancien lui reviennent en mémoire :

"Keriale est leur guide,

L'agilité est leur corps,

Leur mouvement sont rapides,

Les marchombres sont la mort ..."


***

Non loin de la , dans une petite ville, un petit tavernier qui tenait une auberge quand à lui , servait ces patients...
Il se nommait Herasse, c'était un homme d'une trentaines d'années , et il paraissait fatiguer de ces journées , il était à la recherche d'actions et d'aventures mais se qu'il avait vécu était tous autre jusqu'à présent...

Il dormait très peu , le soir très tard , des aventuriers venaient souvent se reposer en prenant 1 chambre...
Mais il avait des talents de combats, chaque matin , à l'aube , avant de réouvrir son auberge , il s'exerçait à l'épée dans sa cave.
Voici comment il gagnait sa vie , chaque jours...


Arkoss arpentait seul les chemins menant à son royaume, pensant à la mystérieuse jeune femme.

Était-elle vraiment ce qu'il pensait ? Non, c'était impossible, les marchombres avait pour talent naturel de rester invisible aux yeux de tous.

Puis, une décision s'imposa dans son esprit : il avait faim !!
Il décida qu'il allait s'arrêter chez Herasse, gérant d'une belle petite taverne pittoresque qui faisait son régale à chaque fois. Il y prendrait peut-être même une chambre, il adorait la douceur de ses lits...

Se dirigeant donc vers le village le plus proche avec plein d'entrain, il se dit que si son royaume ne le voyait pas le lendemain, il allait s'inquiéter. Il aura juste à envoyer un messager leur disant qu'il reviendrait le lendemain, après le dîner.


Ayla avait décider de suivre le conseil du jeune seigneur aussi s'arrêta t'elle devant la première auberge qu'elle trouva " la Taverne d'Herasse". Elle laissa son cheval, sachant qu'il accourait au moindre sifflement et entra. Elle s'accouda au comptoir et sortit sa bourse.

"Un verre de lait tavernier!"

Elle était si fatigué qu'elle ne remarqua même pas le seigneur qu'elle avait vu ce matin, aussi elle ne fit pas attention, elle dégagea les mèches de cheveux qui la gênait ce qui laissa entrevoir son épaule droite, la ou se trouvait la marque de la lune et du soleil collé, le symbole des marchombres...


Alors que Herasse nettoyait mon comptoir , il entendit " Un verre de lait barman " , il répondit :

-Un verre de lait !! Vous ne devez pas avoir pour habitude de venir dans une taverne , certains vous tueraient pour un verre de lait ! Mais sois, si c'est ce que vous désirez...

Se soir la n'étais pas comme d'habitude... De diffère clients arrivaient en masse dont quelques un très étrange comme cette femme qui demandait du lait... Il y avais 3 hommes assis sur une table qui faisaient des jeux , une autre personne plutôt pauvre tous seul , et un homme plutôt bourgeois...

La jeune femme s'assied devant Herasse au comptoir , il entama la discussion.

-Bonsoir , vous êtes de quel coin ? Vous n'avez pas l'air d'être ici toujours est il.


Ayla regarda suspicieusement le Tavernier qui s'était offusqué de sa demande, il voulait entamer la conversation...Très bien, il ne serait pas déçu!
"J'habitais quelque part...loin...très loin....Et je en suis pas d'ici effectivement, d'ailleurs je cherche du travaille, mais pas quelque chose comme ménagère *Je finirais par péter les plombs et par assassiner tout le monde...très mauvaise idée! pensa elle* un truc plus...sportif...Qui demande de la souplesse ou de l'agilité...


Hum , vous chercher du travaille ? J'ai peu être de quoi vous occuper... Mais dites moi ce que vous rechercher , j'ai tellement de propositions à vous offrir.

Ayla réfléchissait comment pouvez elle expliquer clairement qu'elle genre de travaille elle cherchait sans éveillé les soupçons? Elle se voyait très mal lui dire: " En faite je me demandais si vous ne chercheriez pas un assassin professionnel, un espion ou un garde du corps ? Je suis très doué pour se genre de situation! Non franchement ça ne le faisait pas...



Après avoir pris simplement une table, Arkoss s'y reposa tranquillement en attendant que Hérasse est assez de temps pour venir lui proposer quelque chose. Ses pensées dérivèrent vers la jeune femme qu'il avait vu et qui l'intriguait au plus haut point... Et qu'il aperçu au comptoir avec un verre de lait et discutant avec l'aubergiste !!

Il en fut complètement décontenancé. Ainsi donc cette...personne l'avait-elle suivie, ou juste suivi son conseil à la lettre ? Mais il aurait le temps de la questionner plus en détaille, surtout qu'elle avait l'air de vouloir rester ici...Et recherchant du travaille ? Décidément, cette ...demoiselle ou marchombre, il n'en sait rien, est bien étrange !


Syllas était venu voir le seigneur Arkoss. Sa présence à la taverne des aléas l'intriguait et, sous couverture d'une simple visite de courtoisie, Syllas espérait bien en apprendre un peu plus sur cet homme.

Sa monture étant fatigué, il s'arrêta à la première auberge sur le chemin. il attacha son cheval puis ouvrit la porte et marqua un arrêt. Dame Ayla se trouvait là également.
"Hum", se dit Syllas, "cette personne a décidément le sang chaud. Et cet étrange tatouage, il me rappelle quelque chose..."

Evitant de trop s'attarder sur le pas de la porte, le seigneur Erenold rentra et s'assit près de la jeune femme.

"Un simple cidre tavernier !" Puis se tournant vers Ayla, "Mais dîtes moi, puisque nous nous rencontrons de nouveau, pourquoi ne pas discuter un peu ?"

Elle était perdu dans ses réflexion quand l'un des seigneurs qu'elle avait déjà croisé entama la conversation. Elle se tourna vers lui et pour la première fois prit le temps de l'étudier attentivement, après une courte réflexion elle se détendit, même s'il avait l'air doué et féroce, il n'était pas à la hauteur... Elle se détendit et lui adressa un sourire.

Quand le seigneur Arkoss vit un autre seigneur parler avec la femme , il se dit : "Attention seigneur, celle avec qui tu discutes pourrait bien causer ta perte si tu la découvre de trop".
 
Dernière édition par un modérateur:

ryuusukekun

Guest
Belle histoire skeleer Tu pense avoir combien de chapitre
 

DeletedUser289

Guest
J'en ai fais actuellement 11 , plus la présentation de chaque personnages.
Après , j'avance un peu chaque fois que j'en ai le temps donc je sais pas trop combien en aura jusqu'au bout
 

Sincerity

Guest
Pas mal du tout Skeleer, mais si tu veux un conseil, pour + de clarté tu devrais mettre un signe genre " *** " par exemple pour séparer les différents points de vue de tes personnages.

Ex:


Ayla entra dans la taverne.

***

Arkoss se retourna lorsque la porte d'entrée s'ouvrit et reconnut la jeune femme.



Perso vers la fin du chapitre j'étais un peu perdu. ^^'
 

Plume

Guest
L'idée et la trame sont très bonnes.
Mais je pense que tu devrais revoir des détails comme le temps : tu passes du passé au présent, dans un même moment :

"Ses yeux reflètèrent un étrange sentiment de tristesse, et plus étrange encore sont la couleur"

quelques fautes d'orthographe et de grammaire à corriger également.

A te lire:)
 

kana-biis

Guest
Je te reconnais bien la plume =)

Tres jolie franchement, sa me donne meme envie d'ecrire ^^' mais sa sera pour une autre fois !!!! xD

Continue comme sa j'ai hate de lire la suite !!!!
 

DeletedUser289

Guest
Merci bien ;)
Plume , pour le temps , c'est toujours comme sa ^^ j'ai jamais réussi à faire que du passé ou que du présent...

Pour les fautes , tout le monde en fait , après faut les trouver ;)

Sincerity , désolé , mais bon j'avoue qu'a mon avis je laisserais comme sais , et dommage pour toi , les 10 autres chapitres sont pareil ( le deuxième chapitre ne sera pas pareil ^^ )

Je posterais le second chapitre dans la soirée ;)
 

DeletedUser289

Guest
Le texte que vous avez entré est trop long (10948 caractères). Veuillez le raccourcir à 10000 caractères.

Et c'est loin d'être le chapitre le plus long... Certains font 3 fois sa...

Vais devoir faire plusieurs partie...
 

Plume

Guest
Oui, tu dois faire des chapitres sur plusieurs pages. J'avais eu le même problème sur le forum TW, pour publier un roman.

Tente de faire quelque chose comme :

"chapitre 2"

puis à la fin de la page, à droite, tu mets

.../...


ce qui permet au lecteur de savoir que la suite se trouve sur le page suivante, que tu peux intituler :

"chapitre 2" (suite)
 

DeletedUser289

Guest
Chapitre 2 ( Première partie )


Quand à Herasse...
Il servait ses clients , mais cette nuit était très étrange...
Une autre personne était venu , et c'était affalé sur son comptoir... Il c'était assis juste à coté de la demoiselle avec qui le tavernier parlait, cette femme était très étrange , mais ceci ne le regardait en rien , il ferait juste attention...

L'homme arriva et commença à discuter avec la femme... Le barman les laissa dans leur discussion , Il aurait le temps de finir son entretien d'embauche pour le travail qu'elle recherchait.

Bref , il servit une commande à un seigneur est vu qu'il s'ennuyait, entama à nouveau une nouvelle discussion :

-Quesqui vous amène ici très cher ? Je vais sans doute partir quelque mois en vacances , je partirais à l'aventure , mais pour cela , je cherche des compagnons... Et vous ?

-Ah, Herasse, penses-tu donc que je voudrais bien t'accompagner, seulement j'ai un royaume à diriger, et rien que le fait de m'être absenté ce soir a dû causer quelques inquiétudes chez mes gens. D'ailleurs, il faudra que j'envoie un pigeon au château pour ne pas qu'ils s'inquiètent. Cependant, si tu dois partir, seul ou non, je t'offrirait quelques armes et armures directement de ma garde personnelle. C'est le moins que l'on puisse faire pour mon bon amis.

Sinon,... vois-tu souvent la jeune femme au comptoir avec le verre de lait ?

-Non , c'est la première fois que je voie cette femme , elle est très étrange , elle ma d'ailleurs demander du travail...
Je ne sais pas ce qu'elle compte faire ici , mais c'est une région par très sure et elle à l'air quand même perdu ici... De plus , elle n'est pas des plus normale...

-Vois-tu, cher ami aubergiste, j'ai vu cette femme pas plus tard que tout à l'heure, et je peut t'assurer qu'elle n'est nullement perdue. Par contre, je te l'accorde, elle est n'est pas "normale"... A tel point qu'il ne faut pas se soucier d'elle quant à la sureté de la région... Sinon, as-tu des chambres de libre ce soir ?

-Oui , ce sera gratuit pour toi , je reçois peu souvent des gens aimable ;)

Pour cette femme , il faudrait peux être appelés la garde nationale ? Du moins , je ferais la sourde oreille , je sais certes me battre à l'épée , mais frapper une femme !!

Nous devrons continuer de parler autre pars , dans un lieu sur...

-Si mes suppositions sont justes, ce serrait un suicide et une perte de temps que d'envoyer la garde nationnale... Mais, tu as raison, allons discuter en paix...


Très bien , montons dans votre chambre finit-il, je vais vous faire visiter , crias le tavernier.

Ils montèrent dans la chambre d'Arkoss, s'assura que personne les suivait , et ferma à clefs...

Puis il reprit :

-Tu as l'air d'avoir des soupçons sur cette femme , tu dis qu'elle n'est pas perdue , qu'elle est sois disant dangereuse , quesqu'y te fais dire sa ?

Ils parlaient encore avec son amis quand il entendit " Tavernier ! " , il descendit donc de suite en bas.

Alors que Ayla et Syllas discutait toujours , ayla lança :

-"Sir Syllas, je serais ravie de discuter avec vous mais j'ai une affaire urgente à réglé avant pouvez vous attendre quelques minutes?"

Puis sans lui laisser le temps de répondre elle se dirigea vers le tavernier qui arrivait.


Syllas s'était vit poliment planté sur place par Ayla mais, compréhensif, ne s'en offusqua pas.

"Pourquoi donc y a t-il tant de mystère en ces lieux ? A peine suis-je sorti d'Ythaq que je croise des seigneurs au regard perçant, des femmes aux cheveux bleus !"


Elle voulait accompagner Herasse dans sa quête , elle voulait du danger ? Qui était elle ? Que voulait elle ? Tant de questions...

Elle lança au tavernier :
-J'ai entendu que vous cherchiez des compagnons d'arme pour une quête dangereuse, je serais ravie de vous accompagné dans cette quête, par contre que se soit clair si je viens, c'est pour affronter le danger ! Pas pour rester les bras croisée et vous regarder vous battre! Alors qu'en pensez vous?

-Alors vous voulez m'accompagner dans mon voyage... Je souhaite passé du bon temps , apprendre à connaitre d'autre personnes , je ne pense pas qu'a tuer... Si vous ne cherchez que sa , entre nous , ce n'est pas la peine de venir... Je suis un ancien combattant , j'ai jadis participer à la grande guerre , je sais ce que c'est l'horreur...
Si au contraire , vous ne penser pas qu'a sa, rendez vous dans 1 moi et demie ! Ici même , nous partirons...

Sur ces paroles , le tavernier remonta.
 

DeletedUser289

Guest
Chapitre 2 ( Deuxième partie )


Mais, d'en haut, Arkoss entendis toute la conversation.
Lorsque Herasse reparu, Arkoss lui dit :

-Malheur, tu as accepté juste avant que je te dise le plus important. Malheureusement, tu dois tenir ton engagement, sans quoi elle te tuerai, car voici ce que j'ai découvert :

Quand je l'ai rencontré il y a de sa quelques heures, elle semblais sans but. Je lui ai donc conseiller de venir dans l'auberge la plus proche, toi donc. Sur ce, elle me dit :"Et que l'esprit de Keriale soit sur vous." Suite à ses mots, elle bondi telle un chat sur son cheval, et s'enfuit dans la nuit à toute vitesse. Tout ces indices démontre que ta futur alliées est une marchombre !!

Sur ces mots , le tavernier resta figé. Pourquoi ? Connaissait-il le pouvoir des marchombres ou étais ce quelque chose d'autre ? Il resta figé pendant plusieurs longues minutes... puis après avoir repris conscience , lança à son ami :

-Qu quue dis tu ? Des marchombres ?
-Oui...
-Assis toi je te pris... Je suis un ancien grand guerrier , je connais l'art du combat... J'ai des amis au quatre coins du monde. Pendant la grande guerre, j'ai rencontrés des marchombres... J'en ai déjà tués... et j'en ai déjà appréciés... Mais cela fais tant longtemp, leur caractère est très bizarre , ils peuvent te tuer à tous moments...
Tu est obligés , notre destin nous à liés à ce moment , tu est obligés de venir avec moi et elle , de plus , tous seul , si jamais je dois me battre , la mort serais cas si sur , alors qu'à 2... Viens tu ?

Le tavernier étais perplexe , il avait du mal à croire à ce qu'il venais d'entendre...


Si la vérité sur l'identité de son futur compagnon effraya le tavernier, cela n'était rien par rapport à la stupéfaction d'Arkoss : "j'ai rencontrés des marchombres... J'en ai déjà tués..." Tués des marchombres, était-ce possible. Mais il le questionnerai plus tard. Arkoss répondit :

-Bien sûr que je viendrait avec toi, ne serait-ce que pour en savoir un peu plus sur cette marchombre...inhabituelle. Quitte à mourir autant que se soit ensemble, n'est-ce pas ?

Je garderai un œil sur elle ne t'en fait pas...

Puis, pour détendre un peu l'atmosphère :

-Alors, ou comptes-tu aller pour cette fantasque aventure ? Cela fait longtemps que je n'ai pas fait de campagne, tu sais ? Une petite rééducation ne me ferra pas de mal, surtout venant d'un maître comme toi, je n'en doute pas !!

Mais le cœur n'y était pas...


-J'aimerais aller revoir un vieil amis très loin , mais à vrai dire , je ne sais plus , enfin pas ou il habite...
Je l'ai connu à l'armée , il devait être meilleur que moi niveau combat, il m'avait donné une arme , celle ci était d'une habilité que je n'avais jamais vu, au début je refusa son cadeau , mais il m'obligea à la prendre. Depuis ce jour , je lui est promis de lui rendre...

Comme tu dis , une rééducation ne ferais pas de mal , pour moi aussi , nous verrons sa plus tard très cher.

Maintenant , redescendons, personne ne s'occupe du bar... N'ai pas l'air troublé, ce serait inquiétant , ou si tu préfère , reste dans ta chambre.

Le tavernier redescendit tous seul et alla servir une bière à un client , en s'excusant à hautes voix de sa petite absence.


Ayla fit la mou, elle ne comptait pas participer à une promenade de santé! Mais trop tard, le tavernier était déjà en haut! Tant pis après tout, elle n'avait rien d'autre à faire... Elle soupira soudain mélancoliquement, Allombria lui manquait... La bas on ne pouvais pas s'ennuyer, entre les combats, les randonnées. Les entrainements ,les tentative d'expulsions ( Chez les Marchombres c'est la lois du plus fort qui prime, c'est le plus fort qui à la maison qui nous plais, on doit battre son propriétaire... ) Et les bagarre de désaccord... Pas étonnant que les Marchombres soit si forte! Heureusement pour les autres peuples elles ne sont pas nombreuse, et ne veulent pas de nouveau territoire, leur montagnes et déserts leur conviennent. Mais elles sont tout de même connu, et énormément employés pour de l'espionnage ou des meurtres qui demande énormément de talents... Elle fit demi-tour et alla se rassoir à coté de Syllas en se demandant ce qu'elle allait bien pouvoir faire en attendant.

"Eh bien Sir Syllas je suis tout à vous maintenant, de quoi voulez vous parler?"

Lorsque Ayla vint se rasseoir, Syllas remarqua sa démarche. Souple, calculée, en aucun cas celle des gens de ces terres.

- "En vérité, répondit Syllas, mes ancêtres sont venus sur ces terres dans un but bien précis, le même que sur l'ancien continent que quitta mon aïeul. Voyez-vous, la guerre est... habituelle quelque soit les hommes et les Erenolds sont là pour lutter contre cela. Je vous semblerai peut-être vaniteux en disant cela, mais mon but est de rallier ces terres, toutes ces terres : je veux former un royaume uni, sans divisions. Malheureusement, les humains sont ceux qu'ils sont et font ceux pour quoi ils sont fait : la guerre, les pillages, toutes sortes d'atrocités qui ne dérangent plus personne. Et c'est pourquoi j'ai besoin d'alliés, de personnes fortes sur qui je pourrais compter. Vous regardant , je me dit que vous seriez assez forte... pour la confiance je verrai plus tard. Ma proposition est donc simple et compliquée à la fois : m'aider à unifier ces terres !"


Ayla faillit s'étouffer en entendant la déclaration de Sir Syllas, néanmoins elle se reprit vite et sourit, Cet homme l'imaginait forte? Il ne pouvait même pas savoir à qu'elle point!

*Unifier les Terre? Il ne manque pas de courage ! Mais pourquoi pas,ça promet d'être intéressant!*

"Très bien, j'accepte de vous aidez mais à deux conditions : La première c'est de pouvoir vous appelez Syllas parce que j'ai horreur des titres et la deuxièmes..."

Elle se rapprocha de Syllas et lui murmura a quelques mots a l'oreille, si bas que personne a part lui n'aurait pu les entendre.

"Si nous devons "travailler ensemble, vous risquez de découvrir certaines chose à mon sujet... Des choses qui pourrait vous être...mortel... je vais donc faire un marché avec vous, je m'engage et vous aidez, a vous dire toute la vérité a mon sujet et ne jamais vous faire de mal sauf si vous essayer de me tuer, en contrepartie, vous devrez vous engager à ne pas me laisser tomber une fois que vous serez le maitre de vote pays unifié et à ne révéler à personne, mes petits secrets..."
 

DeletedUser289

Guest
Chapitre 3 ( Première partie )


A l’extérieur, dans le village, un nouveau personnage faisait son apparition entre les groupes disparates des habitants qui rentraient chez eux… Tous se retournaient à son passage, s’inquiétant de voir un être aussi étrange dans leurs terres : c’était un cavalier dont la monture noire comme la nuit semblait trop fragile pour soutenir le poids d’un homme en armure complète, mais étrangement les muscles de l’animal et ses quelques cicatrices prouvaient qu’il avait connu les affres de la guerre.


Son cavalier quand a lui, on n’en voyait peu, recouvert qu’il était d’une longue cape de voyageur dont la capuche couvrait entièrement son visage baissé. Néanmoins, ce qui attirait les regards et la curiosité des badauds, c’était cette queue de félin qui dépassait de sous la cape du voyageur et dont les mouvements lents suivaient ceux du déplacement de l’étalon… Déjà le mot « démon » faisait le tour de quelques maisons.


Posant pieds à terres devant l’auberge où se déroulait déjà des conversations animés, l’étrange voyageur voulut attacher les brides de sa monture à un des poteaux prévus à cet effet… Mais à peine avait-il finit d’attacher son cheval qu’une pierre vola jusque dans son dos, faisant se tourner l’étranger. Devant lui, un groupe de cinq paysans pointaient fourches et gourdins vers lui. Un soupir s’échappa de ses lèvres quand il comprit que sa cape n’était pas assez longue… Sans dire un mot il leva les yeux sur les hommes qui le menaçaient sans qu’ils ne puissent voir son visage ; il ne désirait pas se battre, mais il savait pertinemment que chercher à expliquer ses intentions à ces bouseux trop crédules était une perte de temps…


Bientôt les cris des paysans qui hurlaient au démon et proféraient des menaces se firent assez fort pour pénétrer jusque dans les oreilles des clients de l’auberge et déjà certains clients sortaient ou se mettaient aux fenêtres pour voir la suite des événements et commencer à parier sur le nombre de coups qu’il faudrait pour tuer le « démon ».


Ayla attendait la réponse de Syllas, elle ne savait pas s'il avait peur en tout cas des gouttes de sueurs perlait sur son visage, soudain elle entendit des cris qui venaient de dehors. Le mot "démon" l'intrigua et les signe qui montraient qu'un combat était a venir achevèrent de la convaincre. Elle rangea son couteau et dit à Syllas d'une voix glaciale et menaçante.

"Je reviens, j'espère pour vous que vous serez toujours la quand je reviendrais..."

Sur ce elle tourna les talons et sortit, toujours accompagné de cette démarche féline et rapide qui la trahissait légèrement. Quand elle fut dehors qu'elle ne fut pas sa surprise de rencontrer un homme avec une queue de chat! Les villageois autour de lui étaient agressif et semblait vouloir le tuer.

Syllas la rejoignit bien vite à l'extérieur. La voici qui faisait face à des villageois en colère avec un... démon-chat ?

"Quel est cet être ?"

Décidant d'en profiter pour en apprendre un peu plus sur l'impétueuse guerrière aux cheveux bleus, Syllas s'adossa tranquillement au mur et regarda la scène

Ses yeux flamboyèrent et elle sentit la colère l'envahir, elle connaissait se genre de créature, c'était un Hanyo (c'est comme ça que sa se traduit en japonais...) Il y en avait quelques un dans les montagnes, ils n'étaient pas méchant et plutôt bon combattant. Son père était un Hanyo, c'est ce qui expliquer ses cheveux bleu, sa capacité a voir a peu près clair dans le noir et quelque autre caractéristique physique comme la souplesse d'où l'agilité... Elle s'approcha et dit d'une vois sèche et menaçante qui aurait fait frémir le plus courageux des chevaliers.

"Allez vous en"

Les villageois ne l'écoutèrent pas, et se mirent à lui jeter des pierres à elle aussi... erreur qu'ils payèrent très cher... Avant qu'ils ne se rendent compte de ce qui se passait Ayla fut sur eux en quelques gestes et elle en attrapa un au coup puis le colla brutalement contre un mur en se retenant de toute ses forces pour ne pas l'étrangler. Celui-ci déglutit et tout le monde la regarda bouche bée.

"J'ai dit aller vous en!"

Elle rejeta violemment l'homme sur le sol et foudroya les autres du regard. La plus part se reculèrent prudemment mais quelque un s'approchèrent d'elle, dans un mouvement si vif qu'il en devenait flou elle attrapa la fourche du premier et tourna sur elle même, celui qui tenait la fourche fut projetait au loin assommé. Ayla luttait bien plus contre elle même que contre les villageois, mais elle savait que si elle en tuait un ,elle serait découverte... Elle tournoya un moment sur elle même avant d'administrer un coup de pied magistral à l'un deux, puis un cous de coude... Finalement ils s'enfuirent et Ayla dévisagea l'inconnue, elle sourit, elle devinait aisément quel mot il prononçais muet : Marchombre...

"Je suis Ayla d'Allombria et vous?"

Il mit un temps avant de répondre mais se savait déjà excusé, son peuple n’était pas connu pour accorder rapidement sa confiance, même à un sauveur. Le demi félin fit tomber sa capuche, révélant une abondante chevelure mi-longue de couleur noire et surtout, ce qui arracha un cri de surprise aux personnes encore présente, deux oreilles de félin dont le pelage s’harmonisait à la couleur de ses cheveux. Aucune oreille humaine, juste ses deux appendices qui tiquaient de temps à autres quand un bruit trop fort ne résonnait. Sortant finalement de son silence, le voyageur inclina légèrement la tête devant la femme et se présenta rapidement, avec une certaines hésitation dans la voix, n’ayant plus l’habitude d’entretenir de contacts sociaux de ce genre.

« Bakeneko du Neko no Ongaeshi…Et je vous suis redevable de votre intervention… »

Quand il se redressa, sa cape retomba dans son dos, ne cachant plus ses habits : il était vêtu à la manières des guerriers de sa race, une tenue de cuir et renforcé aux point vitaux par quelques plaques de fer. Ci et là, une ceinture le ceignait, couverte de petites lames et d’aiguilles de lancer. A sa taille pendait un sabre, ou plutôt un « katana » comme l’appelait son peuple et sous lui un deuxième nettement plus court, sûrement une arme d’appoint. Toutes ses lames semblaient étrangement inutile à bien y regarder : ses canines étaient assez développées pour égorger un homme et ses ongles étaient en réalité des griffes dont on ne doutaient pas qu’elles puissent remplir une fonction guerrière. Il portait également en bandoulière un sac de toile fermé par plusieurs ceintures et contenant certainement quelque choses d’important… Autrement, rien ne le distinguait d’un autre Hanyo.
 

DeletedUser289

Guest
Chapitre 3 ( Seconde partie )


Pendant ce temps la , Syllas avait tous vu , puis s'approchant d'Ayla et de l'Hanyo, le seigneur Erenold déclara "Ma foi, je me réjouis que vous acceptiez de m'aider et je vous avoue que vous m'intriguez. Mais ne vous inquiétez pas, je suis homme de parole et ne dirai rien de tout ce que je saurai sur quoi que ce soit. De plus, je n'ai pas pour coutume de trahir mes alliés, je laisses cela aux autres hommes. Enfin, je penses que je saurai m'adapter à vous voir me tutoyer comme vous le voulez... même si ce n'est pas ce que j'apprécie le plus".

Une lueur passa dans ses yeux. "En revanche, évitez de me mettre un couteau sous la gorge. Je ne suis pas sans ressources moi non plus... et je hais la menace".

Il se tourna vers l'homme-chat. "Je vois que vous vous êtes fait un nouvel ami ".


Grizlours se tenait dans l'ombre près d'une fenêtre et écoutait les cinq compagnons!

Il était arrivé au village quelques instants plus tôt; dans l'optique de dépenser sa bourse remplie d'or honnêtement volé à une caravane de marchand.
Il souriait encore lorsqu'il repensait aux visages des marchands lorsque sa haches leur fendit le crâne.

-Par Druss,songeât-il, il n'avait qu'à m'obéir et non pas essayer de défendre leur faible marchandise!"
Mais il n'avait nul remord!
sa bourse débordait d'or et il avait mangé un âne à lui tout seul!

Il était arrivé juste à temps pour regarder le spectacle sur la place du village! Grizlours s'était caché dans une zone d'ombre, malgré sa taille massive et sa corpulence, nul n'aurait put se douter de sa présence!
Il savait se mettre à l'affut en attendant le gibier, il connaissait tout de la chasse, ne pas se mettre dans le vent, et comment voir sans être vu, se rappelant avec nostalgie les chasses à l'ours de son enfance où il les étranglaient à main nu!. Il avait tous vu , les deux hommes et la belle femme.

Intrigué par le coté cocasse de ce trio; Grizlours les suivit discrètement jusque dans la taverne, attendant le moment où ils seraient chacun seul pour les envoyer aux royaume de l'Ours, le paradis de son peuple.
Restant hors de portée des regards se méfiant du flair du chat; où ils rejoignirent deux autres compères.

-Par l'anneau de Gorghor, il se multiplient comme des lapins, pensa-t-il

Il se tapi dans l'ombre et écouta ce qu'ils disaient:
Ils parlaient de partir en quête.

si il y a une choses que les membres de la tribu des Poignes d'ours apprécient plus que de faire couler le sang, c'était l'or, et Grizlours ne pouvait imaginer une quête sans trésor à la clef ( ou au moins une princesse a délivrer à ramener comme esclave)!
Il décida d'écouter leur buts, sans se faire découvrir, et remit le projet de leur arracher les dents à plus tard....
 
Haut