Compétition - Atchoum VS LaTomateTueuse

Eäron Valil

<font color="#2E4EB7">Scribe Copiste</font>
Battle de la compétition, plus de détails ici et
Thème : Science fiction : Imaginez d'autres planètes de nos jours !
N° de rencontre : 8
Participants : Atchoum VS LaTomateTueuse
Arbitre : Gandalflerouge
Taille : Maximum de 15 000 caractères
Contrainte non-respectée dans le texte n°2 (18 000 caractères)

Tout ça à cause d'une clé à molette...
« Hey, Biribul !
– Mhh ?
– C'est quoi ça là-bas ?
– De quoi ?
– Bah regarde là-bas, dit-il en montrant avec sa clé à molette. AH ! Nom d'une crotte de bourbouf ! J'ai fait tomber ma clé à molette !
– Ah bah c'est du beau... Franchement Ratik, t'en rate pas une toi...
– Bah au moins elle tombe vers le machin que je te montrais.
– La Terre ?! Elle tombe vers la Terre ?!
– Ah, c'est ça la Terre ? » Demande-t-il, embarrassé.

La Terre... Cette planète était crainte par le peuple des Birdoubil, un peuple vivant sur la planète Crognaf, d'un système solaire proche de celui de la planète bleue... Nos deux malchanceux, Biribul et Ratik avait été envoyés par le Roi Pakouf en mission de reconnaissance afin de trouver des planètes inhabitées, et surtout faciles à conquérir... En effet, ce peuple était très médiocre en combat, et essayait tant bien que mal d'agrandir leur territoire spatial par des moyens... peu dangereux.

Des petteux !!! Des peureux !!!

De retour sur la planète Crognaf, nos deux éclaireurs de l'espace s'en vont quérir le Roi pour l'informer de leur maladresse...
« Hum hum, Sir ?
– Mhh ?
– Les deux éclaireurs sont de retour.
– Déjà !? Fais-les entrer, qu'ils me caressent les oreilles de bonnes nouvelles... » Dit-il en se curant le creux jaunâtres de ses écoutilles auditives...

Déééééégouuuuuutannnnnnt... Blurfk

« Sir ! Nous emmenons de bonnes nouvelles ! déclare Ratik, fierrement.
– Ah ! Fort bien ! Je vous écoutes ! se délecte le Roi.
– Ah bon ? » Chuchotte Biribul à l'oreille de Ratik. Puis, se tournant vers le Roi : « En fait, Ô grand Roi à la puissance inégalée par le plus petit des moustique de Kaluf, nous avons une très mauvaise nouvelle à vous faire parvenir.
– Ah ?
– Une clé à molette est tombée sur la planète Terre...
– La planète Terre ?!!!
– Oui Sir...
– Comment ?
– Nous ne le savons pas...
– Mais siiii ! s'écrit Ratik, tout content de lui. C'est moi qui l'ais fait tomber en voulant réparer le vaisseau !!! »

Oh le boulet...

Le Roi, dans sa fureur de... de... d'un moustique écrasé, fit enfermer Ratik et Biribul dans les cachots aussi sombre que... que... que les ténèbres. Une fois cela fait, le Roi, éprit d'une crainte morbide pour les Terriens, appel à lui des messagers. Il les envoies dans les planètes alliées pour chercher un soutiens pour la guerre qui risque d'éclater d'un moment à l'autre. En effet, le Roi Pakouf pense que la planète Terre va considérer la chute de la clé à molette comme un projectile synonyme de déclaration de guerre spatiale. Et là, il sait qu'il n'a aucune chance. Il a entendu parlé de la bombe à Tomik (sûrement que Tomik est un dirigeant puissant), de la radio active IT (sans doute un moyen de communication révolutionnaire), de la Diplomassi (sans conteste une
descendante des diplodocus...), et bien d'autres dangers encore tous plus redoutable les uns que les autres. Les messagers sont donc envoyés vers les planètes Padbol, Lesstonbé, Jetléponj et Phui. Des alliés de confiance (c'est déjà ça)...

Quand tu vois que t'as « pas de bol »,
un conseil : « laisse tomber », « jettes l'éponge » et « fuis » !

Les messagers obéissants aveuglement aux ordres, disent tous la même chose à la planète concernée : « Une clé à molette est tombé sur la terre. On est en guerre avec les terrains ». Normalement, ils sont censé être en guerre avec les Terriens... Mais bon, les pauvres, comprenezles, c'est pas facile de bien écouter et tout comprendre quand on vous crache des copeaux de viande
en criant le message.

Ah ouais quand même...

Réponse du Roi Bolvid, de la planète Padbol : « Ah... En guerre avec les terrains ? Eh bien... construisez à côté... » La planete Padbol a une forme de bol, sa couleur dominante est le marron du fait de la forte concentration de terre cuite à l'état naturel et sa température est assez chaude pour faire chauffer de la soupe à l'air libre.

Réponse du Roi Sacass, de la planète Lesstonbé : « Ah... Vous avez fait tomber une clé à molette par terre ? Et bien... ramassez-la... » La planète Lesstonbé a une forme de cône, la pointe toujours tournée dans le sens de son orbite, sa couleur dominante est le blanc du fait de la forte concentration de verre à l'état naturel et sa température est en chute constante.

Réponse du Roi Safèplouf, de la planète Jetléponj : « Ah... Une guerre ? Eh bien... c'est guère dangereux... » La planète Jetléponj a une forme de pavé, sa couleur dominante est le jaune du fait de la forte concentration d'éponge à l'état naturel et sa température est assez chaude pour faire la vaisselle avec l'eau de pluie.

Réponse du Roi Tedo, de la planète Phui : « Ah... Une clé à molette ? Eh bien... prenez une pince multiple... » La planète Phui est plate, sa couleur est noire du fait de la forte concentration de bitume à l'état naturel et sa température est idéale pour une course soutenue sur terrain plat et lisse.

On est mal barré...

De retour de leur mission, les quatre messagers se concertent pour donner une réponse claire et précise au Roi Pakouf. La voici : « Nos alliés vous conseil de construire autour de la planète Terre, d'aller chercher la clé à molette avec une pince multiple et que tout ceci n'est pas dangereux.
– A la bonne heure ! Que l'on fasse ceci ! Envahissez les planètes du système solaire de la
planète Terre et envoyez une équipe de mécanos pour récupérer la clé à molette avec une
pince multiple.
– Bien Sir. »

Il fut alors envoyés plusieurs vaisseaux afin de prendre possession de Mars, Jupiter, et toutes les autres planètes aux alentours de la Terre, moyennant quelques difficultés... En effet, pour Mercure et Neptune, la température a donné du fil à retordre aux organismes... Également, Saturne à provoquer quelques collisions du fait de sa ceinture...

Quant est-il des mécanos chargés de récupérer la clé à molette ? Et bien seulement la pince multiple est arrivée sur la Terre. Le reste ? Carbonisé à l'entrée de l'atmosphère terrestre, comme la clé à molette l'avait été...
Et BAM !​

Le 20 mai 2007 [je ne suis pas sûr de l'équivalence mais enfin...]
Planète Azearius, capitale : Azearia​

Mon cher Pierre, ma chère Julie,

Ah que je suis content d'avoir reçu votre lettre d'octobre 1997 ! A vous lire, vous resplendissez de bonheur, cela fait plaisir à lire ! J'espère qu'il en est de même aujourd'hui. Quand je pense que nous arrivons à nous parler, à nous comprendre alors que nous sommes si différents les uns des autres, ce n'est pas croyable ! Ce qui l'est encore plus, c'est que nous arrivions, malgré la distance quasi-infinie qui nous sépare, à dialoguer ! Je ne doute pas qu'un messager céleste facilite la transmission, car sinon comment réussir à échanger ? Ah, je n'en reviens toujours pas !!

Ce qui est dommage cependant, c'est de toujours vous savoir dans un hôpital psychiatrique... Je me rappelle votre lettre de 76 lorsque vous avez été internés... Vous parliez de trop ! La vérité d'une vie en-dehors de votre planète était trop dérangeante ! Mais quelle fly'isfu ! (désolé, je ne sais pas tellement le traduire dans votre langue...ou du moins, ne veut pas le traduire.) Enfin... Je suis heureux de voir que maintenant, vous avez parvenu à former un petit groupe qui discute avec plaisir du "monde" extraterrestre... On commence petit, pour finir grand !!

D'ailleurs, je vais m'empresser de vous faire découvrir un autre pan des us et coutumes de notre race. Vous allez voir parfois avec quelle stupidité nous pouvons nous comporter !...

C'était il y a cinq unités de Grezius (soit environ une bonne décennie pour vous), je me rappelle encore très bien de ce moment-là... La tempête était particulièrement terrible : on ne pouvait guère voir au-delà de cinq mètres devant soi, tant la neige tombait densément sur le sol gelé. Mais cela ne nous faisait rien, nous, les natifs de cette planète glaciale, car notre peau est dure, étanche et ferme.

Au passage, le paysage qu'offrait et qu'offre toujours ce déchaînement des éléments est assez impressionnant. Nos bâtiments azeariens sont de couleur grise, si bien qu'on ne les départage guère du paysage continuellement enneigé. L'architecture accentue cette sensation d'uniformité, puisqu'ils sont majoritairement enterrés. Même notre capitale mondiale, Azearia Prime, n'y échappe pas : si bien que lorsqu'on regarde une ville azearienne en hauteur, on a l'impression de voir une fourmilière anormalement grande : on voit des petits êtres - on ne mesure pas plus de 110 cms pour les plus grands - s'agiter dans tous les sens : courir, marcher, gesticuler, bref, nous offrons une vision pittoresque de notre vie et ville.

Et lorsqu'il y a affluence, cette foule se transforme en une nuée compacte et dense. Il faut dire que les évènements publics sont rares, et qu'à chaque nouvelle annonce, une espèce d'hystérie gagne chaque membre de la communauté : "N'Kuriofhg ! Hfreytopiniaz ê pathjius !" ["Un Evènement ! C'est vraiment trop chouette !" [ notez que ceci est une traduction approximative, un certain manque d'élégance risque donc de se faire ressentir] Et l'Evènement dont je veux vous parler est peut-être celui qui amasse le plus de foule.

Ah oui, désolé... Dans mon élan, je vous ai transcris le raminien, notre langue parlée, qui est d'ailleurs partagée par l'ensemble des peuples de la constellation du Berseker (je ne crois pas l'avoir dit dans mes deux missives précédentes).
Je disais donc que les jours d'affluence sont véritablement stupéfiants à voir, et pour cause : la quasi-totalité des habitants sortent de leur tanière (on pourrait dire "de leur trou" de fait...) pour ne pas rater une seule miette de l'Evènement. Cette fois-ci, le gouvernement a décidé d'organiser, dans chaque grande ville de la planète, un concours entre les citoyens. L'heureux gagnant recevra le prix suivant : deux places pour un voyage interstellaire, organisé et payé par l'Etat (c'est un peu l'équivalent de vos tours opérateurs). En soi ce n'est pas très excitant : vous achetez un ticket (ou plus, si vous êtes malin...) et vous espérez que vous allez être l'heureux élu. Mais le fait même d'aller chercher son petit ticket, et revenir chez soi, met hors-de-lui un Azearien. J'avoue que ce petit bout de papier ne m'apporte pas autant d'excitation... Cela dit, le prix est fort alléchant et c'est surtout ça qui les rend nerveux.

Oui, vous ne pouvez pas imaginer à quel point les Azeariens, petits et grands, rêvent de voir les autres planètes bersekeriennes. Rares sont ceux qui ont eu la possibilité de s'évader, l'espace d'un instant, loin de leur planète natale. Oh, il y a plusieurs raisons à cela, et à vrai dire, si je vous les énumérais toutes, vous vous ennuieriez très vite (à moins que vous adoriez lire des paragraphes et des paragraphes de droit pénal et juridique... Oui, chez nous aussi, c'est assez assommant).

Enfin, pour résumer très grossièrement les raisons, c'est qu'au nom d'improbables lois scientifiques capillotractées, les Azeariens ne peuvent vivre longtemps loin de leur planète d'origine. Pourquoi vous me demanderiez... Hé bien, elle leur offre des conditions de vie nécessaires que l'on ne retrouve nulle part ailleurs. Par conséquent, l'Etat fait tout ce qu'il peut, pour faire une pression économique, et juridique sur les vendeurs des navires spatiaux, afin que la très grande majorité des Azeariens ne puissent s'en acheter. La plupart de la flotte spatiale est aux mains d'une étroite nomenklatura. Or, ce qui est "étrange", c'est que ces mêmes élites restent souvent longtemps hors d'Azearia. Et ô miracle ! ils sont toujours en vie. La richesse leur apporterait-elle une indemnité vitale que les plus pauvres n'ont pas ? Ah, je m'égare ! Excusez-moi, et revenons à notre sujet initial.

Le concours fait, il faut donc donner les résultants tant attendus par cette foule en délire. La tension est à son comble, car il y a beaucoup d'appelés pour très peu d'élus. Mais chacun espère que cette fois-ci, ce sera lui ou elle qui gagnera (les Azeariens sont d'indéboulonnables naïfs !). Pour ma part, je fais parti du personnel organisateur du concours. Nous sommes à chaque fois protégés par des gardes du corps afin d'échapper à la vindicte populaire. Figurez-vous qu'une fois les résultats donnés, la liesse de la foule se transforme en rage, et mieux vaut ne pas se trouver sur leur passage. Des précautions sont prises aussi pour les gagnants : il nous est déjà arrivé de voir l'Azearien "élu" mis en pièce par les déçus. Désormais, une fois le nom du gagnant su de tous, notre service le prend en charge, jusqu'à son retour sur Aezarius. Généralement, son nom sombre peu à peu dans l'oubli, car le prochain concours transcende la déception passée.

Pour une fois, moi et mes collègues sommes invités à participer à ce voyage. Pour tout dire, je dois avouer que cela m'a fortement réjoui d'apprendre cela. Voici enfin les mystères de la constellation du Berseker se dévoiler à nos yeux ébahis ! En outre, le vaisseau qui nous emmène est luxueusement aménagé : nos chambres respectives sont sans commune mesure de ce qu'on peut trouver sur Aezarius. De vous à moi, je comprends mieux pourquoi nos élites passent autant de temps dans le ciel, c'est tellement délicieux !

Je me rappelle encore du moment du décollage, pendant lequel j'ai ressenti, dans un même temps ,appréhension et excitation. Je ne savais pas encore que le pseudo-danger représenté par le voyage, n'était en fait qu'une passe-passe politicienne pour assoir la domination de notre bien-aimé gouvernement... Oui, pardon, j'avais promis de ne plus m'égarer dans les voies impénétrables de la politique azearienne. Mes plus plates excuses !

Nous décollons enfin ! Je vois petit à petit le sol s'éloigner, le monde devenir de plus en plus petit, mes frères et soeurs ressembler à des petites figurines, pour enfin admirer la planète dans toute sa splendeur, entourée de son manteau de glace. J'en ai le souffle coupé. G'ightgth !... Mais le commandant de bord coupe très vite ma rêverie, pour annoncer la destination :

"Chers gagnants du concours, amis, frères et soeurs azeariens, j'ai le plaisir de vous annoncer notre première destination... la planète G'sphinhk !" [autant le nom de ma planète est "traduisible", autant là...]

J'étais tout seul dans ma cabine, mais je savais que mes camarades étaient dans un état de même excitation que moi. Ah, G'sphinhk ! Tout bon Azearien la connait de nom, l'a étudié, et l'adore sans jamais y être allé : c'est LA planète qui fait rêver. Si Azearius est considérée comme étant la planète berskerienne la plus froide, G'sphinhk est celle de la chaleur et de la douceur de vivre. Notre chair frissonne rien qu'au nom de ce paradis tant rêvé. Et là, nous allons enfin expérimenter ce bonheur ! Je dus prendre néanmoins mon mal en patience pendant un certain temps : notre espèce est peut-être plus évoluée que la vôtre, mais on ne peut être en un mouvement à notre lieu de destination ! L'attente fut véritablement terrible tant ma nervosité était grande ; cependant, ma déception le fut encore plus.

Lorsque nous nous retrouvâmes face à la planète G'sphinhk, notre étonnement fut grand : nous qui nous attendions à une planète couleur bleu azur, nous voilà face à une espèce de cailloux infâme, dont la teinte virait surtout au vert kaki. Je me rappelle encore sentir ma mâchoire se décrocher lorsque je regardai ce triste paysage à travers le hublot. Naïvement, je pensais que des nuages ou je ne sais quel phénomène météorologique obstruaient la beauté de l'objet de notre vénération aveugle... Mais nos yeux ne nous mentaient pas : elle était belle et bien laide... Nous atterrîmes sur le tarmac du spatioport principal de la capitale, T'yfur', et notre étonnement continua. Loin d'être une ville à l'aspect chaleureux, et prospère, elle était au contraire misérable, et sale. Une odeur nauséabonde prit d'assaut notre délicat système olfactif dès que nous mîmes pied à terre. Bien qu'un peu ébranlé, notre enthousiasme restait toujours aussi fort : un quartier d'une ville ne fait pas une planète complète et il restait encore tellement de choses à voir !

Bref, notre équipage ne nous laissa pas longtemps dans notre désarroi et nous emmena à notre résidence. Le bâtiment était semblable à ceux qui l'entouraient : on aurait dit une espèce de longue barre verticale, uniformément noire. Seules les fenêtres amenaient une certaine alternative à cette noirceur monotone. Même si je sais qu'au fond de moi-même, le gris de ma planète n'est guère plus varié qu'ici, je dois avouer que je me suis tout de même sentis mal à l'aise. C'était bien plus violent, bien plus dur que la fadeur des bâtisses azeariennes. Pour accentuer le tout, nous avions l'interdiction formelle de sortir de l'hôtel sans quoi il était clair que nous allions périr... En somme, je me sentais enfermé, alors que ce concours vantait le plaisir de la liberté... Je laisse de côté les différentes soirées que j'ai passé, car entre la propagande de notre cher gouvernement et l'atmosphère étouffante du lieu, autant dire qu'elle furent toutes épouvantables... (oui, notre équipage n'a eu de cesse de nous rappeler à quel point nous devions être reconnaissants envers nos dirigeants, qui ont eu l'excellente, l'ingénieuse idée d'organiser ce concours)

D'ailleurs, je ne vous ai pas parlé des habitants de cette planète, les g'sphinhkois : ils sont grands (en moyenne 200 cms), une peau bleue imberbe, et leur visage - inexpressif au demeurant - pourvu d'un seul oeil globuleux, de deux trous à la place des narines, et d'une légère fente en guise de bouche. Si notre constitution se rapproche de la vôtre, la leur est assez spéciale : ce sont des invertébrés au tronc long, et fin, sans bras, sans jambe ; lorsqu'ils se meuvent, on dirait qu'ils sont entourés d'une espèce d'aura qui rend leur aspect encore plus fantomatique. Ils sont habillés d'une façon similaire, c'est-à-dire vêtus d'une même combinaison assez moulante, et dont seule la couleur amène une touche d'originalité. Autrement dit, le bâti se marie parfaitement bien avec ses habitants...

Le lendemain et même les jours suivants, notre excursion se résuma à regarder par le hublot les différents paysages qui défilèrent rapidement sous nos yeux médusés. Notre déception ne fit que s'accroître : toutes les villes se ressemblaient, et le pire était à venir avec les "campagnes". Je crois que chez vous, lorsque vous pensez campagne, vous pensez nature, beauté des paysages, repos... Enfin du moins, c'est ce que me donne l'impression des nombreux articles qui proviennent de la planète Terre... C'est de ces campagnes d'où provient cette couleur kaki qui m'avait tant ébahi lors de l'arrivée sur G'sphinhk : les rares étendues d'eau sont saumâtres, l'herbe est comme souillée, et des débris de différentes natures gisent ci et là sur une terre glaiseuse. Inutile de dire que ce nous avions appris auparavant, présentait un monde complètement différent, et sans commune mesure avec ce que nous avions devant les yeux.

Une autre chose d'assez comique si je puis dire, s'est produite : lors de notre troisième jour d'expédition sur la planète G'sphinhk, nous apercevons quelques uns de nos compatriotes, issus de l'étroite mais ô combien resplendissante élite azearienne, en ville, et sans protection... Ils se promenaient tranquillement dans les rues, et ne semblaient absolument pas atigés par un quelconque mal. Je pense que je n'étais pas censé être témoin de cela, car sinon moi et mes camarades serions considérés comme des gênes pour le gouvernement... Enfin ! Ce qui est sûr, c'est que ce voyage m'a profondément désabusé.

Bon, je vais vous passer nos passages sur les planètes sans vie et sans grand intérêt de la constellation du Berseker (j'ai essayé de traduire leur nom, et je crois avoir assez joliment réussi : Aurea, Finea, et Galbea). La dernière planète que nous sommes allés voir est Gravius, c'est la plus proche de notre soleil (Azearia, a contrario, est la plus éloignée). Là, il y a véritablement de la chaleur... et quelle chaleur ! Heureusement pour nous, les différents endroits où nous étions logés étaient climatisés, et nous permettaient de "survivre" à cette température très élevée. Là, je dois dire que nos fameuses interdictions ont toutes leur raison d'être. D'ailleurs, j'ai attentivement regardé si je ne voyais pas d'autres Azéariens sur cette braise, mais n'en ai pas trouvé.

Gravius présente l'écosystème le plus varié : on retrouve deux grandes espèces : celle qui vit au-dehors, et celle qui vit en-dessous. Mais ils ne se côtoient jamais (sauf leurs politiciens, et pour d'autres interactions de nature plus commerciale) : il y a en quelque sorte un "royaume du dehors" et un "royaume du dedans" bien distincts. Et encore, dans chacun de ces royaumes, il y a d'autres entités gouvernementales. Bref, il y a une hiérarchie politique qui se rapprocherait bien de celle que vous connaissez sur Terre. Il faut dire aussi que c'est la seule planète très habitée dans cette constellation. Sur G'Sphinhk, et Azearia, nous ne dépassons guère à nous deux, les 500 millions d'habitants. Sur Gravius, il y en a peut-être un milliard... Le poids démographique est évidemment tout autre, et la difficulté de le diriger encore plus.

Globalement, les habitants du royaume du dehors sont des créatures de taille petite et très longilignes. Leur apparence est assez curieuse, car leur tronc est proche du sol, de forme ovale, et assorti de trois pattes de part et d'autre de celui-ci, la paire la plus proche des yeux servant de "bras" et leur robe vire vers le rouge brique, ce qui ne dépareille pas avec les paysages désertiques qui les entoure ; contrairement à vous, ils n'ont quasiment aucun cou, et leur tête se résume à deux antennes entre lesquelles se situent une multitude de yeux (à vrai dire, je n'ai pas réussi à les compter, car cela n'aurait pas été très apprécié). Ils n'ont pas de bouche, et pour tout ce qui est des paroles, ou de la nourriture, ils ont un système bien à eux : en guise de dialogue, ils envoient une espèce d'ondes, qui, lorsqu'on les décrypte, forme un langage rudimentaire certes, mais efficace. (pas d'inquiétude, il est possible de se fournir un traducteur). Pour ce qui est de la nourriture, leur paire de pattes intermédiaire, "aspire" le plancton qui leur sert de nourriture. A vrai dire, ce n'est pas l'espèce la plus évoluée de la planète, et comme vous vous en doutez, ce sont ceux du dedans qui tirent toutes les ficelles de ce monde.

Je vais éviter de m'empêtrer dans des descriptions hasardeuses et me faciliter la vie en faisant un rapprochement avec des personnages que votre culture terrienne a forgé : les gnomes. Ils ont pratiqué la même apparence, c'en est troublant d'ailleurs ! Par contre, je n'aime pas leur mentalité, ils sont très intelligents certes, mais leur regarde est fourbe. Je me rappelle lorsque je déambulais dans leurs rues commerçantes couvertes, comment certains d'entre eux me regardaient sournoisement. Je me suis sentis mal à l'aise. On raconte même qu'ils asservissent les "au dehors", qu'ils appellent plus communément les "H'zotrfrtzj" (en somme, les "Bêtes"). A vrai dire, cela ne m'étonnerait pas au vu de leurs agissements, même si avec nous ils restent corrects. Pour information, ils travaillent avec nous pour des projets de conquêtes spatiales. Pas étonnant vu qu'ils n'ont plus rien à conquérir sur leur planète...

Voilà donc pour le petit tour d'horizon de la constellation de Berseker. Si j'ai eu hâte de partir, je peux vous dire que j'ai eu tout autant hâte de revenir à mon chez moi ! Depuis ce voyage, je suis définitivement réticent quant à ces mouvements de foule créés par les Evènements. C'est tellement facile de manipuler les gens ! Et surtout si c'est pour finalement s'apercevoir qu'on nous maintient dans une espèce de système mensonger... Je crois que je n'ai pas digéré la supercherie de G'Sphinhk. Ne parlons pas ou plus de ces interdictions qui obligent à rester sur Azearius. Bon, oui, comme je viens de l'écrire, cela ne me gêne pas tant que ça personnellement... Mais quid de mes confrères qui ont envie de partir ?

Allons, je vais arrêter mon laïus ici, car sinon vous n'aurez jamais le courage de tout lire !! Je peux être un intarissable bavard quand il s'agit de parler politique ! Mes amis fuient dès que je prononce ce mot (Hgijilpe dans notre cher raminien). Donnez moi de vos nouvelles "vite".

Votre terrophile extraterrestre préféré.


Grotius.​

Code pour voter :

HTML:
[COLOR="DarkRed"]Création N°[size=12]1[/size][/COLOR]
[COLOR="DarkOrange"]Je mets la note de : [size=12]...[/size]/20[/COLOR]
[COLOR="Blue"]Commentaires :[/COLOR]

[COLOR="DarkRed"]Création N°[size=12]2[/size][/COLOR]
[COLOR="DarkOrange"]Je mets la note de : [size=12]...[/size]/20[/COLOR]
[COLOR="Blue"]Commentaires :[/COLOR]
 

Treunsty

Bourgeois
Création N°1
Je mets la note de : 14.5/20
Commentaires : L'histoire en soi est sympatoche, c'est bien écris, assez comique, j'ai apprécié le lire.

Création N°2
Je mets la note de : 14/20
Commentaires : L'idée est pas mal recherché, le style d'écriture est bon, j'ai bien aimé le lire, bien qu'un peu long, mais sa à été.
 

LaTomateTueuse

Guest
Allez, je up ma battle. ;) (je vais continuer à commenter les autres textes de mon côté ;) )
 

Kissifrott

<font color="#2E4EB7">Érudit diplômé</font>
Création N°1
Je mets la note de : 15/20
Commentaires : La fibre déjantée m'a bien plu, un côté burlesque à la Pratchett. Style léger et sans prise de tête efficace. Mais au final,ça manque un peu de profondeur par rapport au thème.

Création N°2
Je mets la note de : 7/20
Commentaires :
vous avez parvenu
Bon, à part ça, une bonne maîtrise de la langue, concept de l'histoire pas mal. Je note sévère car c'est long, trop long. Il y avait largement moyen de respecter les 15 000 caractères avec ce genre de récit, je ne vois pas où était la difficulté. Envie d'en mettre plein la vue ? Pour élaguer, soi il était possible d'élaguer certaines digressions, soi on réuisait le nombre de planètes explorées, quitte à développer un peu plus une seule de celles-ci.
 

NameriF

Guest
Création N°1
Je mets la note de : 16/20
Commentaires : J'adore ! Un style léger et très agréable à lire ! Les dialogues qui me font souvent peur sont ici bien utilisés et m'ont bien fait rire :') Pourtant le sujet n'est pas totalement respecté, la peuple de la planète Crognaf est peu décrit, même si cela suffit pour comprendre l'histoire. Une fin qu'il faudrait peut-être reforumlé... Mais dans l'ensemble, pas de fautes d'orthographe, syntaxe et autre : Bravo ! (Et content de te revoir sur le circuit ;)
"Quand tu vois que t'as « pas de bol », un conseil : « laisse tomber », « jettes l'éponge » et « fuis » !" Cette phrase n'est pas très utile, le jeu de mot était facile à comprendre ^^'


Création N°2
Je mets la note de : 10/20
Commentaires : Bon je vais avouer que j'ai lu certains paragrpahes en diagonale, c'est vraiment trop lourd comme texte, encore 10 000 caractères comme ça j'aurai pu tenir le coup mais là désolé :/ Trop de description (j'aime pas ça x), le thème est respecté et on voit qu'il y a de l'idée et des recherches derrière mais pas vraiment d'histoire ni d'action. J'aurai aimé que tu creuses le lien entre Pierre et Grotius, ainsi qu'entre la Terre et Azearius. Comment il connait le français lui d'abord ? (Il n'y a pas que des mots simples quand même) Pourquoi Pierre a été interné ? Comment ils font circuler la Lettre ?... Par contre j'aime bien tes apartées et pas vraiment de grosses fautes. Bonne chance pour la suite mais travailles plus ton action !
 

Raist 024

Guest
J'ai pas pris grand plaisir à lire ces deux créations, mais rassurez-vous plumes en herbe, je pense que le sujet y est pour beaucoup.
Un bon français pour les deux

Création N°1
Je mets la note de : 11/20
Commentaires : Tentative d'originalité, une foison de jeu de mots et...
Bon, voilà, pas grand chose de plus, pas de descriptions précises, alors que le sujet, c'est "Imaginez d'autre PLANETES", donc pour moi, c'est un peu hors sujet.


Création N°2
Je mets la note de : 12/20
Commentaires : Bon, le texte est longuet, pas franchement attrayant mais il reste dans le cadre des consignes. On a deux descriptions relativement précises de planètes, donc la moyenne pour avoir respecté le sujet, et le reste c'est pour la révolte politique de notre Azearien terrophile.
 
Création N°1
Je mets la note de : 17/20
Commentaires :Alors là j'ai adoré ! c'étais génial, j'ai bien rit et j'aurais pu le faire avec 30 000 caractères ! bourré d'humour de jeu de mot et avec un dénouement que je n'aurais même pas imaginé ! :O
le seul souçi a déjà été dit c'est que je m'attendais plus à une description mais lagrés ça j'ai adoré ! :)


Création N°2
Je mets la note de : 12/20
Commentaires :le style de texte est pas mal et est bien maitriser, l'histoire est bien pensée et tu as rendu ce texte, pour ça tu as 12 points. je l'ai malheureusement trouvé beaucoup trop long et je me suis ennuyé à le lire... c'est dommage :/
 

Okami-san

Guest
Création N°1
Je mets la note de : 10/20
Commentaires : Ce texte ne m'a pas déplu, un humour à la Pratchett en effet très agréable, si je t'ai mis 10 c'est parce que je trouve ton texte hors sujet... Je préfère un texte trop long mais qui respecte bien le thème désolée :/

Création N°2
Je mets la note de : 14/20
Commentaires : J'ai enlevé un point pour la contrainte non respectée. Peu de faute style, c'est agréable, tu respecte bien le thème. Bon la contrainte n'est pas respectée et c'est dommage mais j'aime ton style et je ne me suis pas ennuyée à la lecture. :)
 

lyrmia

Sommelier
Banni
Création N°1
Je mets la note de : 14/20
Commentaires :
Texte très amusant à lire, très simple aussi. ça m'a beaucoup plus.
Sinon, c'est un peu trop simplet mais pour un texte qui doit être "comik" personne ne peut t'en blamer.


Création N°2
Je mets la note de : 15,5/20
Commentaires :
C'est vraiment long ( C'est moi qui dit a ?! )
Sinon, ça se voit quand même qu'il y a des efforts de fait ( même si je n'a pas tout compris )
Un vocabulaire, une synthase et des idées recherchées.
Donc ça serait quand même plus juste que je ne te mette pas une mauvaise note. Sinon, c'est un texte de qualité mais je n'ai pas vraiment tout pigé :D
ça serait quand même vache de la part de celle qui a le texte le plus long du concour de t'enlever des points à cause de l'irespect des consignes ;)



Bon travail à tout les deux !!
 
Dernière édition par un modérateur:

-EnJoy-

Moine
Création N°1

Je mets la note de : 16/20

Commentaires :J'ai vraiment beaucoup rit!! Ce texte aurait pu être plus long et j'aurais encore lu. Vraiment une très bonne idée de présenter le thèmes de cette façon!! Bravo!! x))


Création N°2

Je mets la note de : 12/20

Commentaires :Ce texte aurait valu plus, mais lorsqu'on met des critères, il faut les respecter, sinon à quoi servent-il? Malgré tout, j'ai trouvé ce texte lourd, dur de retenir notre attention (peut-être dû à la longueur?) Mais un vocabulaire riche, beaucoup de descriptions (moi j'aime x) Bravo à l'auteur!
 

Eäron Valil

<font color="#2E4EB7">Scribe Copiste</font>
Bonjour,
Du bon niveau, des notes assez serrées !
FloAtchoum remporte cette battle contre LaTomateTueuse avec 2 points d'avance à peine !
14,2 pour le nain et 12,1 pour la tomate !
Bravo à vous deux !
 

DeadManIII

Palefrenier
Création N°1
Je mets la note de : 18/20
Commentaires :Super texte! En plus je le trouve assez marrant. Très très bien trouvé.

Création N°2
Je mets la note de : 13/20
Commentaires : Juste deux choses a dire:Le texte est beaucoup trop long et je n'ai pas spécialement aimé.