Bienvenue dans mon âme

  • Auteur de la discussion DeletedUser21981
  • Date de début

DeletedUser21981

Guest
Messieurs Dames, Damoiseaux Damoiselles, mécréants et autres charlatans, et même vous autres les chats errants, je vous souhaite la Bienvenue !
Voici pour vous, ici même, eh oui vous en avez de la chance, le recueil de certains de mes textes, poésies, nouvelles, et autres !
En espérant ici attirer les critiques les plus constructives, les âmes les plus riches, et les écrivains amateurs qui tel que moi s'échinent à tenter d'étendre leurs idées sur papier.
Il y aura ici en grande majorité d'anciens textes que j'ai écrit au cours des cinq ou six années précédentes, mais également mes créations les plus récentes, et mes publications sur le forum.


"L'écriture ou cet éternel dilemme entre la vie et la mort, cette ambiguïté qui rejoint les gens dans leur instabilité la plus secrète."

Mesdames et Messieurs, sans plus attendre, je vous souhaite la bienvenue dans les méandres de mon esprit !​

Poésies :

Pour toi...

Je perds. Je perds tout.
Je m’en vais. Mais je ne sais où.
Mon esprit n’est plus mien.
Je ne comprends plus rien.

Une pensée, un éclair de lucidité.
Un songe, un rêve éveillé.
Une révélation, un chant de vie.
Une déclaration, d’un coup je souris.

Pensée fugace,
Lointaine menace,
Songe faisant taire le glas,
Révélation de ma Voie.

Sentiments contradictoires,
Je tâtonne dans le noir,
Avis contredit,
Je ne sais plus où j’en suis.

Une seule chose est claire,
Cette envie qui m’éclaire,
Ce besoin irrésistible
De vivre ce sentiment indescriptible

Âmes mêlées
Par cette chose improbable,
Âmes liées
Par ce sentiment incontrôlable…

Je te serrerai contre moi,
Je te dirai que j’aime ça,
Je t’ouvrirai mon cœur,
Sans peine et sans peur.

Pour toi je m’arracherai les bras,
Pour rien je ne renoncerai à toi,
Tu as mon cœur, mon âme, mon corps…
Fais en ce que tu veux, choisis mon sort.

Garde-moi près de toi si tel est ton choix,
Sinon ces songes éveillés s’en iront là-bas,
Et j’entendrais de nouveau le glas
Qui m’enverra au trépas…


Joue toi de moi, détruis mon esprit,
Quelques mots de toi peuvent faire ceci.
Mais avant que tu fasses ton choix,
S’il te plait laisse-moi…

Laisse-moi te dire que pour moi,
Ce n’est pas possible de vivre sans toi.
Laisse-moi t’avouer sans gêne
Que, bien plus que tout, je t’aime.

Sept jours

Si dans sept jours je dois te quitter,
S’il ne me reste que six nuits à respirer,
Dois-je te révéler toutes mes pensées...
Ou seulement te laisser m’oublier ?

Et si avant sept jours je te l’avouai,
Si durant six nuits tu devais y penser
Pourrais-tu te résoudre à me pardonner
De tout le mal que je me suis infligé ?

Ou même seulement pourrais-tu songer
Avant sept jours à me reparler
Que je ne parte pas détesté
D’une âme que depuis toujours j’ai aimé…


Ô toi...

Pourquoi refermes-tu tes bras
Comme ça, autour de moi ?
Tu emprisonnes mon âme
Et dans mon esprit tout haut tu clames

Tu hurles mes malheurs
D’une voix pleine de rancœur
Je ne peux te faire taire
Car sans toi je ne peux rien faire.

Tu me rappelles mes mauvais jours
Face auxquels je ne peux être sourd
Alors je me renferme sur moi-même,
Ma peau en devient blême.

Et du fond de ma litanie
Autour de moi tout resurgit.
Je suis perdu dans ce tourbillon
Qui m’emmène au loin, au-delà des monts

Alors en réponse à ton cri
Je hurle tout ce que j’ai subi,
Je me lève vers le ciel
En bravant cette grêle…

Grêle de souffrance
Qui me transperce comme une lance
Tu détruis mon esprit
M’empêche de penser à mes amis.

Mais même si tu te jettes sur moi,
Quand je suis seul, sans toi,
Je peux creuser dans ta substance
En passant outre ce qui est rance,

Et de moi-même dénicher
Ce que je ne dois pas oublier
Tous mes beaux jours
Et tout cet amour.

Tu as cru me détruire
Laisse-moi rire
Tu n’es pas composée que de noir
Ô toi ma Mémoire…


Musique

Dans un lit de rêve je laisse mon esprit s’égarer
Mélodie du bonheur et du rêve je t’adule
Prend mon âme je te l’offre pour t’écouter
Musique tu m’enfermes dans une bulle.

Une bulle de plaisir qui ne saurait disparaître
Tant que les violons jouent de tout leur être
Et que le beau piano lentement résonne
Ô douce mélodie je t’affectionne.

Je te laisse m’emporter dans ta barque
Dans un océan de rythmes et de couleurs
Je ne peux chavirer sous tant de fleurs
Mon cœur est à toi tant que je ne débarque.

Quand la mélodie doucement s’élève
Elle emporte avec elle des milliers de rêves
Je ne serais être triste avec toi
Tu as nourris tant de vie en moi.


Textes et Nouvelles :

Toi

Assis sur mon fauteuil face à la cheminée, les yeux dans les vagues je pensais à tout cela. A ma femme si merveilleuse, et à ces mots qui me berçaient à chaque instant me poussant à défier la vie et faisant bondir mon cœur quand ils passaient ses lèvres en un murmure. Ces trois mots étaient la porte d’un lieu bien plus vaste où siégeaient les véritables pensées, si belles et qui pourtant semblaient si irréelles. Je pouvais rester des heures à l’observer quand elle dormait, blottie dans mes bras, près de mon cœur… Chaque matin la quitter était une torture, chaque soir la retrouver était une bénédiction, elle berçait ma vie, belle comme la pleine lune dans un ciel étoilé, noble comme le soleil au levant, solide comme la plus haute des montagnes, souple et fragile comme un chaude brise d’été… Mais, comment vivre avec tant de bonheur dans une vie ? Chaque homme a le droit à sa part de malheur…
Moi, je connu la pire chose qui aurais pu m’arriver, un soir en rentrant du bureau une petite heure en avance, je vis une deuxième voiture garée dans l’allée, surpris, je rentrai dans la maison et monta a l’étage. A travers l’embrasure de la porte de notre chambre à coucher j’aperçus la forme de deux silhouettes enlacées sur les couvertures, je poussais doucement la porte et saisis mon pistolet dans ma table de chevet, sans qu’aucune des deux silhouette ne m’ai aperçu. Mon cœur semblait fendu. Ma vie brisée. Comment me résoudre à laisser cela impuni ? Comment me résoudre à vivre comme cela ? Je ne le pouvais pas. Simplement au moment où je levais mon arme, ma femme leva les yeux, une lueur terrifiée s’y installa, et avant qu’elle n’ait pu réagir, je tirais. Un bref silence après le coup de feu, puis, je tombais à genoux sur la moquette en face de ma femme qui me regardait toujours avec ces yeux, si beau, si tristes, ce regard terrorisé me fit oublier tout le reste. Et d’un souffle, je lui dis les mots qui m’avaient bercés durant toutes ces années : « Je t’aime... » Puis, sans un râle, sans un bruit, elle tendit la main vers moi. Trop tard. Je m’écroulai sur le tapis blanc cassé du sol de la chambre, et fermais les yeux doucement, un trou rouge dans la poitrine je prononçais encore une dernière fois dans mon dernier soupir de vie ces mots, si beaux, si forts, si tristes… « Je t’aime »…

Oops !

Je marche sur le ciel et j'éclaire le soleil. Les cochons veulent m'égorger. Les poulets veulent me vider. J'ai peur, je fuis. Je me cache mais l'ombre m'éclaire. Ils veulent tous me faire la peau ! Les livres me lisent et la musique m’écoute. La télé m'allume. Je cours, je fuis, je rie. Les ballons veulent tous me gonfler. Les chewing gum me mâchent. Puis me crachent. Je me retrouve dans les toilettes. Je crie. La porte se ferme. J'aurais dû m'en douter. Les chiottes prennent un malin plaisir à me pisser dessus. Je pique les abeilles, j’écrase les voitures, je mords les chiens... Je me révolte, je cris aux médicaments de m'avaler, je flingue tous les fusils que je peux trouver, je taillade chaque rasoir avec mes veines... Rien n'y fait. Je descends en haut des escaliers. J'ouvre les yeux je me retrouve dans ma chambre. La réalité n’en croit pas ses yeux. Pas le temps de faire un geste. Le lit me saute dessus. J'ai mal mais j'adore ça. La drogue me snif. J'adore. Elle hallucine. Tout se règle, tout s'équilibre, tout s'accorde. Les gazelles mangent les lions, les vaches tournent autour des mouches, les pelotes de laine se font les griffes sur les chats. Décadence. L'alcool veut me boire. Bon. J’arrête là, mon chien m’appelle.
 
Dernière édition par un modérateur:

DECAPITOR

Guest
Commentaire rendu, on est quittes U_ù

Hello gentleman Ornithorynque, :D


On attaque par les fautes, puis on va vers le contenu :cool:

@POUR TOI :
  • 6ème strophe :
Mériterait qu'on réétudie sa ponctuation, je la trouve mal positionnée.
  • 9ème strophe :
" prêt de toi " --- devient ---> " près de toi "
" Le glas Qui m'enverras au trépas " --- devient ---> " Le glas Qui m'enverra au trépas "
  • 10ème strophe :
" Joue toi de moi, détruit mon esprit " --- devient ---> " Joue toi de moi, détruis mon esprit "




J'y sens comme un tâtonnement, une plume tremblotante, hésitante, débordée par son désir d'exprimer une émotion. Je perçois une certaine maladresse, mais j'y vois aussi un certain nombre de qualités. Le rythme n'est pas parfait, mais il est des plus sympathiques et légers. Et parfois, plus que ça !

  • Par exemple, là, j'aime franchement ce passage :
Laisse-moi te dire que pour moi,
Ce n’est pas possible de vivre sans toi.
Laisse-moi t’avouer sans gêne
Que, bien plus que tout, je t’aime.

  • Ce passage-là, par contre, je trouve la fin assez ratée :
Une seule chose est claire,
Cette envie m’éclaire,
Ce besoin irrésistible
De combler ce gouffre horrible


Je pense aussi qu'il faut intégrer la notion de mort avec prudence, on fait certes part de la violence de notre amour en la mentionnant, terrible et menaçante, comme si l'amour était le fragile fil de la vie sous lequel ramperait la mort ; mais ! mais il ne faut savoir l'intégrer patiemment dans le texte, quelques indices (utilisation d'un champ lexical) et à la fin, le drame ! ...

Mettre le " je t'aime " à la fin, procédé assez classique, me paraît des plus convenables pour ce texte, ça donne de l'importance à cette phrase qu'on dit souvent sans percevoir son extrême gravité, pourtant si légère ! Il est bon de retrouver chez les poètes l'importance jugée (et jaugée) dans ses trois mots, quand on voit dehors les gens du commun l'utilisait sans l'entrevoir.


@SEPT JOURS :
  • Dernière strophe :
A avant sept jours me reparler --- hmm ---> Je trouve le " A " parfaitement dérangeant.


Texte très court, je ne parviens pas à pousser plus que ça ma critique. Je trouve ce texte vraiment sympa, encore un rythme (j'ai envie de dire) cool o_o ; c'est léger, on se prend pas la tête, ça coule, ça glisse tout seul, parfait :D

Peut être que " Pour toi " m'a plus passionné, me rappelant, nostalgique, mes premières (et seules) poèmes o_O (faudrait que je m'y remette à ça, tiens)


@SOMBRE ENTITÉ :
Le titre me fait penser que je vais bientôt devoir commencer ma battle avec Kissi o_o'
  • 1ère Strophe :
" Tu emprisonne mon âme " --- devient ---> " Tu emprisonnes mon âme "
" Et dans mon esprit tout haut tu clames " --- hmm ---> Je ne sais pas ce que j'ai avec cette phrase, mais elle se détache du reste de la strophe et m'agace. o_o Je la trouve aussi incohérente avec le début de la strophe suivante.

  • 3ème Strophe :
" Tu me rappelle mes mauvais jours " --- devient ---> " Tu me rappelles mes mauvais jours "

  • 5ème Strophe :
" Alors en réponse a ton cri " --- devient ---> " Alors en réponse à ton cri "
" Je hurle tout ce que j’ai subit " --- devient ---> " Je hurle tout ce que j’ai subi "

  • 7ème Strophe :
" Mais même si tu te jette sur moi " --- devient ---> " Mais même si tu te jettes sur moi "


La colère n'est pas le sentiment qui me correspond le mieux, qui me parle le plus, (je méprise la colère 0.o'), je ne saurai donc mouvementer mon commentaire comme je sus plus haut le faire ; mais comme souvent sous la colère, des " tremblements " se font sentir, ici, à l'écrit, des maladresses. La colère, est, je trouve, un sentiment difficile à étendre sur le papier.
Je n'accroche pas spécialement au texte, mais c'est une question de goût. Le titre me déplaît assez, aussi. Assez véhément ; et je ne saurai dire en quoi, mais quelque peu banal.


@MUSIQUE :
Hmmm la musique étant un élément que j'adule (pourtant de loin ! sans vraiment y apporter de l'importance, c'est tout de même quelque chose d'assez fantastique et le fait que ça m'échappe et que je n'y offre pas tant d'intérêt que ça rend les moments où je l'écoute des plus grandioses et uniques), je m'interdis de critiquer les robes que tu pourrais lui donner o_o"
En plus, tu as l'air de décrire du classique, j'te kiffe.


Je critiquerai plus tard, la tête froide, les deux textes. Pas envie de m’emmêler les pinceaux. J'éditerai :D




Bonne continuation ! J'espère que tu continueras de faire vivre cette section en produisant de beaux textes :)


Tschuss,
Déca






 

DeletedUser21981

Guest
Erm, désolé pour les nombreuses fautes, il est vrai que je ne les ai pas corrigé et qu'ils datent pour la plupart ces poèmes.
J'ai essayé de corriger point par point tout les défauts sur lesquels tu as appuyé, mais pas facile de modifier une poésie... Surtout que quand je les écrit je rentre presque en transe et je les écrit d'une traite avant de corriger les défauts que je vois. J'estime qu'exprimer ses sentiments doit être un acte franc, rapide, et que le travail dessus doit être immédiat (A par pour l'orthographe il est vrai.) et donc je n'aime pas trop modifier mon travail à la suite. Mais là il est vrai que cela s'imposait. :rolleyes:
Je suis on ne peut plus d'accord avec toi sur l'importance des mots "Je t'aime" de nos jours, ils sont utilisés trop à la légère, là j'essayais d'inclure de la véracité, de la sincérité dans mes mots, pas un mot qui comme un courant d'air nous rafraichit agréablement lorsqu'il passe nous laissant ensuite sous la chaleur du soleil, notre peau se desséchant, nos yeux éclatants, nos vêtements brûlant, notre sang séchant, nos pieds... BREEEF. En gros, j'y accorde beaucoup d'importance.
Sept Jours est court volontairement, heureux que ça te donne cette impression d'agréable légèreté que j'ai voulu y intégrer :)
Pour Sombre entité, je n'aime pas non plus le titre. Je l'ai changé à la va vite cette nuit vers 3h45 du matin, le titre préalable étant Mémoire, mais bien trop explicite pour être bon, je voulais qu'on se demande contre quoi le personnage du poème lutte tout du long. Cependant j'aime bien celui-ci pour ma part, après, c'est une question de gout :D
Dans Musique je parle bel et bien de musique classique. ;)

Merci beaucoup pour ces commentaires des plus constructifs l'ami ! :D
Tschüss ! (Tu as oublié le tréma sur le "u" !)

PS : Toi aussi tu es fan de Spoilers ? :cool:
 

NameriF

Guest
Je suis pas un spécialiste de la poésie mais j'aime bien ton accroche et tes textes donc je vais faire ce que je peux pour commenter et j'attends tes nouveaux textes :)
Je vais peut-être répéter ce qu'a dit déca mais la flemme de lire ce qu'il dit tout de suite^^ J'éditerai plus tard au pire :)

@ Pour toi
Alors le vers 4 de la strophe 5, je trouve qu'il est beaucoup trop lourd, ça casse un petit peu le rythme. ;)
Strophe 7 et 8, conjugaison -ai il me semble.
Et je pense qu'il faut enlever le "ce" du 2eme vers stophe 7 (ou le ça comme tu veux).
Je suis absolument fan de ta dernière strophe, magique...
J'adore ce poème, c'est frais, ca vient du coeur, bravo. J'espere qu'elle est t'aime autant que toi =)

@ Sept jours
Je mettrai les points de suspension du 4eme vers sur celui du dessus lol
Il manque quelque chose aux 9 et 10eme vers, un A peut-etre, a moins qu'il faille reorganiser un peu ça.
Poeme tres frais, j'adore tout simplement...

@ Sombre identité
Strophe 6, il manque un "et" peut-être...
Mais où est la ponctuation o_O'
Et il va falloir trouver un autre titre :p
Sinon j'aime bien :) Bonne chute !

@ Musique
Je pense que si tu donnais une musique à écouter en même temps ça pourrait donner :p

@ Toi
Intéressant :D
Bon début (c'est de la prose non? ) mais la fin change beaucoup du début, moins poétique, plus brute... Je sais pas encore si j'ai aimé ça lol
Fin à retravailler, quelques fautes ;)

@ Oops !
Géniale comme idée <3 là tu vas plaire a deca ^^
Pense aussi à inverser les sentiments que ressent le personnage !
Et à la fin, tu n'arretes pas mais tu commences :p


Voila voila, j'adore ton style et j'attends les nouveaux textes :)
désolé de pas avoir mis de spoiler lol
 

DeletedUser21981

Guest
Merci NameriF !
Pour le 10ème vers de "Sept Jours" DECA me dit d'enlever le "A" et toi de le mettre :eek: QUE FAIRE ?! :p
Sinon j'ai apporté les modifications qui me semblaient judicieuses ! Merci beaucoup !
J'espère poster de nouveaux textes bientôt ! J'ai une quarantaine de poésie et une dizaine de textes, sans compter divers bouquins et autres types de trucs et machins qui trainent sur mon ordi, mais là j'ai mis ceux qui me semblaient les meilleurs.

Je t'excuse pour les Spoilers, tu feras mieux la prochaine fois ! ;)
 

NameriF

Guest
Lol et bien il va falloir choisir :p
Et il t'a dit que son ancienne place était dérangeante (ce qui etait vrai) mais il faut en mettre un quand même ;)
Je ne suis pas poete donc je ne te dirai pas où mais, écrite comme ça, la phrase est pas assez compréhensible... Enfin ce n'est que mon avis^^

A toi d'en écrire d'autres maintenant :)
 

DeletedUser21981

Guest
Voila, il est mit ce p****n de "A" ! :mad:

:D

Je suis en train d'écrire un texte pour une battle, il finira surement ici si je le juge assez bon, et je peux en poster de nouveaux ! Je mettrai à jour mon message d'origine en vous prévenant ! :)
 

DeletedUser21753

Guest
Hellow ! Je m'arrache quelques instants de Word pour continuer mes lectures sur le fofo :)

DECA et NameriF ont déjà relever les fautes d'orthographes et de syntaxe, alors je vais pas en remettre une couche x)


Je trouve déjà que tes poésies reflètent des états d'âme que tout le monde peut connaître, et tu les cernes avec précision, ce qui rend la lecture agréable à tout le monde, je pense. Par contre, les mots sont parfois... mal choisis, et perturbent un peu la lecture. Le plus important dans la poésie (selon moi, je me trompe peut-être :confused:) c'est de peser chaque mot, de voir son sens avec précision, et de l'envoyer comme une balle de snipe dans la sensibilité du lecteur. DECA l'a déjà relevé, et vu ta réponse, je veux bien croire que tu partages le même avis !!
Mais je pense que le secret est là: distiller chaque mot. Par exemple, le verbe "détruire" à une si forte connotation pour moi, que je ne trouverai pas crédible qu'on l'utilise à tout bout de champs. EN GROS : tu ressens des sentiments forts, mais exprimes les dans toutes leur complexités avec des mots choisis ! Quand à Musique, c'est certainement ma préférée, tu décris fort bien l'une de mes passions. A ta place, j'aurais plus insisté sur le voyage intérieur que procure chaque instrument, tout ça tout ça... Mais qu'importe ^^



Pour la nouvelle Toi, et bien... je la trouve un peu courte déjà. Pour cette nouvelle, comme pour les poèmes du même thème, je n'adhère pas particulièrement, les poèmes m'ont plus touchés. Pourtant, le style est tout à fait correct, alors il me faudrait un peu plus de matière pour juger :)

Oops!, alors là j'ai adoré x) comme l'a souligné NameriF, tu aurais pu aller encore plus loin dans l'absurde, mais c'est dejà un très bon texte !